vendredi, 09 novembre 2018 09:17

Yssingeaux : feu vert pour le retour des porcs à l'abattoir

Denis Chalendar, président de la Socaby, et Marie-José Pelletier, la directrice|| Denis Chalendar, président de la Socaby, et Marie-José Pelletier, la directrice|| ||

Après quatre mois d'interruption suite à un accident, la chaîne d'abattage des porcs a pu reprendre cette semaine, représentant 40 % de l'activité de l'abattoir municipal d'Yssingeaux.

Le soulagement est profond pour la Socaby qui gère l'abattoir d'Yssingeaux. Depuis lundi, l'établissement est en mesure de reprendre l'abattage des porcs. La chaîne avait été mise sous-scellé. La perte est estimée à 100 tonnes par mois.

Les porcs, ce sont plus de 50 % de l'activité mais la perte a été réduite, les truies de réforme ayant été autorisée à passer sur la chaîne des boeufs. Et les clients, à l'image des Etablissements Paillet qui représente 50 % des tonnages, ont fait l'effort de fournir davantage de boeufs pour donner du travail à l'abattoir.

Aucun chômage technique pendant 4 mois

Une vingtaine de clients ont été directement impactés par cet arrêt temporaire. La plupart ont été dirigés vers Polignac avec un abattage le vendredi, d'autres sont allés à Andrézieux.

Du côté des 20 emplois de l'abattoir, aucun n'a subi de chômage technique. "Ce n'était pas possible puisqu'il faut 10 opérateurs pour faire tourner l'abattoir. On a fait récupérer des heures quand c'était nécessaire", indique Denis Chalendar, éleveur à Beaulieu et président de la Socaby.

35 000 euros pour renforcer la sécurité

Si le président loue la réactivité de l'administration, il a aussi pu compter sur le soutien de la mairie d'Yssingeaux. "Si on est encore là, c'est grâce à la mairie." Pour pallier les pertes de revenus, un échéancier a été réalisé sur deux ans pour reporter les taxes.

"Tout cela montre que l'abattoir a toute sa place sur le territoire", insiste Denis Chalendar.

D'importantes dépenses ont dû être consenties par la Socaby pour renforcer la sécurité sur la machine où un ouvrier intérimaire s'était gravement blessé le 22 juin dernier lors d'une opération de maintenance. 35 000 euros ont été dépensés pour équiper le piège à porc. A cela s'ajoute l'expertise de 8000 euros et la contre-expertise de 800 euros.

Une nouvelle organisation

Depuis lundi, les porcs sont de nouveau tués à Yssingeaux. A partir de lundi, l'équipement retrouvera son rythme d'avant, à raison de 4 jours d'abattage.

Des modifications ont été apportées sur l'organisation des journées d'abattage. Un nouveau planning a été mis en place (voir ci-dessous) et les particuliers, qui représentent 20 % de l'activité, devront s'y référer. Tous les clients doivent annoncer l'arrivage des animaux une semaine avant (dernier délai le vendredi matin).

Voir les nouveaux horaires

Contact : 06 33 22 58 75 ou 04 71 59 04 31.

Dernière modification le vendredi, 09 novembre 2018 09:41