Gobelets ecocup

mardi, 09 avril 2024 18:33

Zone d'activités de Bramard : la communauté de communes va faire appel de la décision du tribunal

||||||| ||||||| |||||||
Chambon Intermarché juillet 2024

Au lendemain de l'annonce du tribunal administratif de Clermont qui a annulé l'arrêté environnemental acceptant le projet de zone d'activités de Bramard, le préfet était en visite chez l'une des entreprises concernées de Saint-Just-Malmont. Du côté de Loire Semène, le président confirme son souhait de faire appel.

Le préfet de Haute-Loire "ne commente pas une décision de justice" mais sa présence mardi matin à Saint-Just-Malmont aux Transports Pierre Rousson se voulait comme "un soutien des élus dans leurs projets".

Quelques jours après la décision du tribunal administratif qui a annulé l'arrêté environnemental du préfet (qui était alors Eric Etienne) autorisant les travaux sur le bois de Bramard, cette visite de terrain était toute particulière.

Les Transports Rousson ont réservé 4 hectares

Parmi les six entreprises retenues pour ce projet de zone d'activités de Bramard, sur le territoire de Saint-Didier-en-Velay, mais aux portes de Saint-Just-Malmont, on retrouve les Transports Pierre Rousson qui ont réservé 4 hectares pour se développer. L'histoire de cette entreprise a commencé en 1986 à Tence et se poursuit depuis 2001 à Saint-Just-Malmont en rachetant les Transports Marielle. "On a créé 110 emplois en 20 ans. On peut doubler en l'espace de dix ans avec mon fils à sa tête", estime Pierre Rousson dont l'entreprise compte 110 salariés et possède 100 camions et 120 remorques. "On possède 7000 m2 de surfaces, 3 hectares de stockage mais c'est insuffisant pour répondre à toutes les demandes. La zone de Bramard nous permettrait de continuer notre développement."

"Oui, on va faire appel"

Du côté de Loire Semène, Frédéric Girodet, président de la communauté de communes et maire de Saint-Jus-Malmont, le confirme : "On va faire appel." Après "la déception", il assure "repartir au combat". D'autant que la jurisprudence de ce dossier pourrait compter ailleurs. Et certains n'hésitent pas à faire la comparaison avec le combat mené du côté de la RN88 au Pertuis et Saint-Hostien.

Pour ce qui est de Bramard, Frédéric Girodet rappelle que 150 emplois minimum seraient créés, et cela peut aller jusqu'à 500. Cette annulation d'arrêté environemental met un coup d'arrêt au chantier.

La préfecture réfléchit aussi à un appel

Le préfet indique échanger avec la direction des affaires juridiques du ministère de l'Environnement pour voir si les conditions de faire appel sont réunies. "Au-delà, je veux dire aux élus que je suis là pour soutenir leurs projets. Le président de la République a indiqué nous devons nous réarmer au plan industriel. On sait que ce territoire a beaucoup d'atouts. Le gouvernement a adopté une loi industrie verte en 2023 qui montre cette double volonté de développer l'industrie tout en respectant l'environnement."

Partager sur :