imprimerie pas cher

Imprimerie pas chère | Web | Boutique discount

logo slogan new

logo slogan new

imprimerie pas cher

Imprimerie pas chère | Web | Boutique discount

samedi, 21 novembre 2020 19:34

Covid : 300 oxymètres et 30 000 surblouses pour les médecins et infirmiers libéraux de Haute-Loire

|Alain Chapon, président de l'Ordre des médecins de Haute-Loire|| |Alain Chapon, président de l'Ordre des médecins de Haute-Loire|| |||

Une dotation d'équipements a été remis samedi par la Région en Haute-Loire. Ces oxymètres et ces surblouses vont être distribués auprès des médecins généralistes et des infirmiers libéraux de tout le département.

Pour chaque patient atteint de Covid, c'est un équipement spécifique à mettre pour les infirmiers qui interviennent à domicile. Parce que ces professionnels étaient proches de la pénurie, les deux syndicats SNIIL (Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux) et FNI (Fédération nationale des infirmiers) sont allés toquer à la porte de la Région qui leur a fait parvenir ce samedi 30 000 exemplaires de ces surblouses.

300 oxymètres remis aux infirmiers et médecins

Quant aux oxymètres, 300 appareils ont été financés, via le réseau du Centre hospitalier Emile-Roux du Puy-en-Velay, pour équiper les médecins généralistes et les infirmiers. "Ces oxymètres sont une arme fondamentale pour accompagner les malades à domicile et sortir de la crise en évitant de surcharger les hôpitaux", estime Laurent Wauquiez.

L'oxymètre pour suivre les malades à domicile

Ces pinces électroniques se fixent au bout d'un doigt. Il calcule le pourcentage d'oxygène dans le sang. Un patient en bonne santé se situe autour de 97 %. La limite est à 92 %.

Ce taux d'oxygène dans le sang peut être synonyme de détresse respiratoire et doit alerter. Les médecins et infirmiers, qui suivent le patient à domicile, peuvent ainsi gérer l'évolution facilement et le malade peut vérifier lui-même la situation.

"Ce partenariat entre hôpital et médecine de ville, c'est le modèle des soins des décennies à venir", estime Jean-Marie Bolliet, le directeur de l'hôpital public du Puy.

Partager sur :