Gobelets ecocup

vendredi, 27 mai 2022 15:34

Trois candidats aux Législatives à la rencontre d'agriculteurs à Saint-Maurice-de-Lignon

|Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture|Celline Gacon (NUPES)|Cécile Gallien|Isabelle Valentin|||| |Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture|Celline Gacon (NUPES)|Cécile Gallien|Isabelle Valentin|||| ||||||||

Vendredi matin, les syndicats agricoles FDSEA et JA ont convié les candidats aux élections législatives à un temps d'échanges. A Saint-Maurice-de-Lignon, trois candidats sur huit ont répondu à l'invitation.

Comme ils l'avaient déjà fait en 2017 à Lapte, les agriculteurs à travers les deux syndicats majoritaires (FNSEA et Jeunes Agriculteurs) ont provoqué une rencontre avec ceux qui briguent le poste de député. Sur la première circonscription, ce temps d'échanges a eu lieu vendredi au "Bouchet" à Saint-Maurice-de-Lignon, dans un bâtiment agricole en cours de construction de la famille Merle.

Les messages passés par les agriculteurs

Pour Philippe Chatain, éleveur à Riotord et secrétaire général de la FNSEA en Haute-Loire, "nous sommes apolitiques afin de défendre les intérêts de tous". Il dit aussi : "On veut leur transmettre des messages. Mais on veut aussi savoir ce qu'ils ont à proposer."

Un exercice de style à bâtons rompus qui a permis d'aborder les sujets qui fâchent. "Il faut arrêter l'agri-bashing, voir plutôt tous les progrès et l'évolution de notre métier. On n'est pas opposé aux changements. La nature est notre outil de travail. On est adaptable mais sur le temps long. Le problème, c'est que les politiques prennent des décisions sans mesurer les conséquences."

Verbatim

Pour Celline Gacon (NUPES), "la clé est la rémunération des agriculteurs. Les traités commerciaux renvoient vers davantage de concurrence à l'échelle mondiale".

Isabelle Valentin (Les Républicains) a dénoncé une nouvelle fois le CETA, "qui permet d'importer des aliments produits avec des normes que l'on interdit à nos propres agriculteurs".

Cécile Gallien (Ensemble) estime que "la Haute-Loire est plutôt vertueuse. Il faut répondre aux contraintes et aux revendications. Que les gens se respectent, sinon, on va droit dans le mur".

Une rencontre similaire aura lieu le vendredi 3 juin à Saugues pour les candidats de la deuxième circonscription.

Partager sur :