impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

logo slogan new

logo slogan new

impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

lundi, 01 février 2021 08:36

Saint-Maurice-de-Lignon : un projet immobilier à l'école privée pour regrouper maternelle et élémentaire

|||| |||| ||||

Les membres de l'OGEC de l'école du Sacré-Coeur à Saint-Maurice-de-Lignon ont validé ce week-end le projet immobilier qui consiste à vendre le bâtiment de l'école élémentaire Le Sacré Coeur, dans la rue principale pour regrouper tous les enfants sur le site de la maternelle Jeanne-d'Arc, avec une construction à la clé.

Le bureau de l'OGEC (Organisme de gestion de l'enseignement catholique) de l'école privée de Saint-Maurice-de-Lignon travaille à un projet immobilier qui va redessiner dans les deux ans à venir l'école privée du village.

Des effectifs en baisse

Alors que les effectifs ont subi une baisse importante cette année, passant de 133 à 122 élèves, confirmant une tendance démographique scolaire à la baisse, l'association qui gère l'école a décidé d'officialiser et de confirmer son projet de restructuration.

Rationaliser les dépenses de l'école

Actuellement installés sur deux sites (maternelle au CP sur le site Jeanne-d'Arc, de CE1 à CM2 au Sécré-Coeur), les enfants seront bientôt tous réunis dans une seule école.

"On a de gros bâtiments inadaptés qu'il faut chauffer. On a des salles qui ne servent pas. On est sans arrêt en train de transférer les enfants, la garderie par exemple se trouve sur le site de la maternelle. L'objectif est de rationaliser", indique Mathieu Romeyer, le président de l'OGEC, reconduit dans ses fonctions, tout comme Sandra Royet en tant que trésorière et Béatrice Fayolle comme secrétaire.

Le bâtiment de la rue principale en vente

Deux possibilités s'offrent à l'OGEC : soit construire une extension au bâtiment existant, soit tout démolir pour construire une nouvelle école. La décision doit se prendre dans les prochaines semaines. "Tout sera financé par les familles, on ne dispose d'aucune aide publique pour ce projet", rappelle le président de l'association gestionnaire. "On a de l'argent de côté et on met en vente le bâtiment de la rue principale. Des investisseurs, des agents immobiliers s'y intéressent. Une estimation avait été faite il y a quelques années, elle doit être refaite", ajoute Mathieu Romeyer.

Dernière modification le lundi, 01 février 2021 10:07

Partager sur :