partenaire ibiz

GRAPHISTE | IMPRIMEUR EN LIGNE | SITE INTERNET

Logo la Commère 43

partenaire ibiz

GRAPHISTE | IMPRIMEUR EN LIGNE | SITE INTERNET

samedi, 09 novembre 2019 09:12

Yssingeaux : voilà à quoi ressemblera le centre aquatique des Sucs

|||||| |||||| ||||||

Les travaux du futur centre aquatique d'Yssingeaux doivent débuter en mars 2020 pour une livraison à la fin de l'année 2021. On vous présente ce projet dans le détail.

Depuis 2016, les élus du Pays des Sucs planchent sur le sujet d'un nouveau centre aquatique, en remplacement de la piscine de Montbarnier, et complémentaire de l'équipement extérieur de Retournac et de la base de loisirs de Lavalette.

Entre le lycée public et le gymnase

S'appuyant sur les besoins scolaires et sur sa centralité par rapport au territoire, le choix s'est rapidement porté sur Yssingeaux, sur Choumouroux. Ce futur centre aquatique sera ainsi construit entre le lycée Chabrier et le gymnase.

Le terrain de 5 000 m2 devrait être vendu à l'euro symbolique par la commune d'Yssingeaux au Pays des Sucs. Sur ce terrain, la com-com construira un bâtiment de 2 100 m2 pour un coût prévisionnel de 7,5 millions d'euros, hors matériel intérieur.

Pour les sportifs, les apprentissages et le loisir

Les élus ont préféré la sobriété et la fonctionnalité pour ce centre aquatique plutôt que son design. L'intérieur se composera d'un bassin de 25 mètres de long, 1,30 à 1,80 m de profondeur, et 6 couloirs pour des compétitions régionales, un bassin d'apprentissage avec 3 couloirs (1,10 à 1,30 m de profondeur), des plaines de jeux pour les 3-6 ans et 6-9 ans, intérieur et extérieur, un solarium, un espace bien-être avec sauna, hammam, spa, douche froide, bains chauffants. Un parking comprendra 100 places dont des espaces pour les véhicules électriques et les deux roues et trottinettes. Le centre sera dimensionné pour accueillir 450 personnes en même temps.

De grosses économies sur le fonctionnement

Cet équipement a aussi pensé pour réduire les coûts de fonctionnement. Habituellement compris entre 1,1 et 1,2 millions d'euros, les Sucs visent entre 650 000 et 700 000 euros par an grâce à l'orientation du bâtiment, récupération de l'eau de pluie pour les sanitaires, récupération des calories, réseau de chaleur, panneaux photovoltaïques. "Un superviseur, une sorte de grosse machine, va adapter automatiquement les besoins en terme de lumière, de chauffage", annonce Christophe Tscherter, responsable technique, qui promet plus globalement : "Cette piscine va étonner et surprendre."

Le mode de gestion pas encore décidé

Les appels d'offres pour les 19 lots vont partir début décembre pour une réception des propositions en janvier. Les travaux doivent débuter en mars-avril pour une livraison fin 2021. Les élus n'ont pas encore tranché sur le mode de gestion (régie directe ou délégation privée) et sur la politique tarifaire. La réflexion va se poursuivre sur cette fin de mandature pour un choix laissé aux prochains élus.

Dernière modification le samedi, 09 novembre 2019 09:45
Connectez-vous pour commenter