graphiste imprimeur copy

Imprimerie | Web (ex : charcuterie en ligne)

logo slogan new

logo slogan new

graphiste imprimeur copy

Imprimerie | Web (ex : charcuterie en ligne)

mercredi, 29 juillet 2020 18:49

Explosion de Bas-en-Basset : la juge d'instruction ordonne de nouvelles expertises

|| || ||

Un an après la plainte déposée contre X par les familles des trois adolescents décédés en juin 2015 (Maxime, Bastien et Tristan) à "Ranchevoux", la juge d'instruction vient de nommer deux commissions d'experts pour en savoir davantage sur le TATP. Pour les familles des jeunes de Bas-en-Basset, l'espoir de connaître la vérité renaît.

En date du 13 juillet 2020, la juge d'instruction du tribunal du Puy-en-Velay a pris deux ordonnances de commission d'expert aux fins d'analyse génétique de matériel biologique, physico-chimie et incendie-explosion d'un côté, et aux fins d'analyse incendie-explosion de l'autre.

Deux rapports à rendre avant la fin octobre

Ces nouvelles recherches, confiées à l'Institut national de police scientifique de Lyon, vont s'intéresser de plus près au TATP. Les experts vont scruter différents objets mis sous scellés : des morceaux de chiffon rouge, un morceau de plastique, un bâton de lampe torche, une paire de gants de travail, des morceaux de scotch, des morceaux de sangles, un short, un chalumeau, une poupée et une visière de protection pour travaux. La question sera de retrouver d'éventuelles traces d'ADN, autres que celles des quatre copains présents au moment de l'explosion.

Ces deux rapports devront être remis avant le 31 octobre.

Les familles veulent aussi une étude sur le bornage téléphonique

"Ça avance un peu, la justice bouge", convient Alain Saez, papa de Maxime. "On peut considérer que la piste avancée par notre avocat au sujet d'une cache éventuelle de terroristes, comme l'ETA, est davantage prise au sérieux aujourd'hui." Les familles souhaitent aussi que le bornage téléphonique soit lui aussi étudié. Ce ne sera pas le cas dans cette enquête.

"On finira par savoir"

Me Gilles-Jean Portejoie, l'avocat des familles, ne boude pas son plaisir. "Ces deux expertises nous permettent d'avancer. L'institution judiciaire a la volonté d'aboutir maintenant, c'est une bonne chose. Je suis convaincu qu'on finira par savoir."

Dernière modification le mercredi, 29 juillet 2020 19:33

Partager sur :