graphiste imprimeur copy

Impression | Web (vente en ligne) | Gobelet

logo slogan new

logo slogan new

graphiste imprimeur copy

Impression | Web (vente en ligne) | Gobelet

mercredi, 25 mars 2020 14:45

Saint-Pal-de-Mons : le tribunal valide la cession de SES à Plastica

|| || ||

Seul candidat en piste devant la cour d'appel de Riom, l'Ivoirien Abbas Badreddine, PDG de Plastica, a été choisi par le tribunal pour reprendre la société de Saint-Pal-de-Mons. Mais pour le futur ex-patron, Jean-Philippe Grail, la décision aurait dû être reportée.

Sans surprise, Plastica France est le repreneur de Stefany Emballages Services (SES) de Saint-Pal-de-Mons. Le délibéré a été rendu public ce mercredi à la mi-journée et a choisi l'offre de Plastica France, créé pour l'occasion par Abbas Badreddine, PDG d'un groupe installé en Côte-d'Ivoire. Il sera officiellement en poste à partir de lundi 30 mars.

Cela semble être la fin d'un long feuilleton qui aura duré plusieurs mois, entre la mise sous redressement judiciaire de l'entreprise de plasturgie, le premier choix du tribunal de commerce du Puy avec Leygatech, et l'appel formulé par le procureur de la République.

A partir de lundi, la société sera dirigée par Abbas Badreddine, le PDG de Plastica. Actuellement en Côte-d'Ivoire, dans un contexte de fermeture des frontières européennes, le chef d'entreprise va d'abord s'appuyer sur Joël Cadier, conseiller financier resté en France, puis le directeur qui en cours de recrutement. "On aurait préféré que la décision arrive avant. C'est la reconnaissance que l'on espérait", évoque Joël Cadier.

Le personnel soulagé

Yohan Fialon, représentant CGT du personnel, évoque un soulagement collectif. "Ce n'est que justice. Le combat n'aura pas été vain. Cette reprise signifie zéro licenciement pour les 35 salariés et on reste sur le bassin industriel de Saint-Pal-de-Mons. C'est un nouveau challenge à relever, une page se tourne."

Le futur ex-patron en colère

Jean-Philippe Grail, dirigeant actuel de l'entreprise familiale, a voulu s'exprimer. Dans un long communiqué de presse, "cette décision est pour moi précipitée, irraisonnée, inacceptable et « suicidaire ». En effet au vu du contexte actuel, je m’attendais à un report de cette décision. Je ne décolère pas. SES est au service du secteur hospitalier depuis plus de 30 ans avec des produits spécifiques, nous sommes encore les seuls à fabriquer en France des sacs pour la collecte, le transport et le lavage sécurisé du linge contaminé et des sacs à fermeture étanche pour les transports biologiques."

"J’avais décidé de nous retourner vers la fabrications d’emballages compostables en adéquation avec la loi sur la transition énergétique : sacs fruits et légumes, films de routage. Nous avions plus de 10 ans d’expérience. L’enjeu au niveau français étant de rapatrier les dizaines de millions de tonnes de sacs produits en Asie et de créer 4 000 emplois. Malgré les promesses, ce gouvernement n’a pas mis en place les contrôles indispensables au bon fonctionnement de cette loi. Nous avons un confrère qui lui aussi vient d’être mis en redressement judiciaire pour la même raison. Nous avons aussi été pénalisés par l’incendie qui a touché Sigoplast qui était en contrat avec SEID notre société fille. Nous avons sonné à toutes les portes pour nous aider ! En vain…"

"Depuis le début de la pandémie, SES fait face et répond présent. Sur les sacs pour le linge contaminé, nous avions commencé a anticiper depuis décembre car en 2009 nous avions vécu (et vaincu) une situation similaire. Cette guerre, pour reprendre le terme d'Emmanuel Macron, nous la vivons chaque minute chez SES. La demande actuelle à ce jour représente plus de 6 ans de vente. Ce n’était pas le moment de statuer sur SES. On ne change par un général qui a 25 ans d’expérience en pleine guerre ! Je ne mets pas en doute les capacités de M. Baddredine à reprendre les rênes de SES, bien au contraire, mais dans une situation « normale » et en étant présent. La Côte d’Ivoire est confinée ! La France est confinée ! Nous n’avons personne pour assurer une transition sereinement dans plusieurs services. Ce qui est le plus triste, c’est de constater que la grippe H1N1 n’aura pas servi de leçon et il y a de grandes chances que ça continue comme ça… Je ne compte pas en rester là vis-à-vis du gouvernement."

Dernière modification le mercredi, 25 mars 2020 17:59
Antiquaire brocante Montalant

Partager sur :