Logo la Commère 43

Sorties loisirs

vendredi, 05 avril 2019 08:43

Les Estables : un an après son grave accident de parapente, Luc Bayetto raconte

||||| ||||| |||||

Luc Bayetto a connu un grave accident de parapente le dimanche 1er avril 2018 aux Estables. Un an après les faits, le Savoyard est revenu sur place pour raconter ce qu'il a vécu, mettant en avant toute la chaîne de soins et le soutien indéfectible de sa compagne, Anne-Sophie.

Luc Bayetto avait envie de raconter. Son message est optimiste, rassurant. Il a pris son téléphone et a appelé La Commère 43. Rendez-vous est pris à l'endroit même de son accident, au milieu des rochers à "Ventabrun".

L'homme est apaisé. A le voir marcher et grimper les rochers, difficile de penser qu'il a pu frôler la mort. C'était le 1er avril 2018.

Comprendre son accident directement sur place

Ce n'est pas la première fois que le parapentiste revient ici, aux Estables. Comme un pèlerinage, il revient régulièrement. La première fois, c'était seulement trois mois après son accident. "Je voulais revoir les lieux, valider les choses. Je savais précisément ce qui m'était arrivé mais je voulais m'en rendre compte sur place. J'avais absolument besoin de comprendre pour avancer", raconte cet ancien expert judiciaire en accidentologie, reconverti dans la transformation de pick-up. "J'ai facilement retrouve le rocher où j'étais."

"Moïse a écarté les cailloux sur mon passage"

A 47 ans, ce Savoyard a eu une chance incroyable. Il a fait une chute de 20 mètres après une erreur de pilotage. Sa voile s'est refermée. Il est lourdement tombé au sol, au milieu d'innombrables rochers. "On dirait que Moïse a écarté les cailloux sur mon passage et les a remis après", sourit l'intéressé. Ce jour-là, il était suivi par sa compagne, originaire du Puy-en-Velay. Mais c'est bien lui qui a appelé les secours, leur indiquant son positionnement grâce aux données GPS. Malgré un corps brisé, il reste conscient et attend les pompiers puis le SAMU.

Il s'est cassé le bassin... avec son pied

Luc Bayetto évoque "une ligne de soins" parfaite. "Dans mon malheur, j'ai eu beaucoup de chance, c'est assez exceptionnel. Je ne remercierai jamais assez ma compagne Anne-Sophie et toutes les chaînes de secours et médicale, efficaces, sans qui je ne serais certainement pas dans mon état." Emmené en urgence absolue par hélicoptère à Saint-Etienne, il a été opéré. "Ils ont pu reprendre les viscères déchirés. Aux examens, ils se sont rendus compte que je m'étais ouvert le bassin. En posant le pied au sol, il a été projeté en arrière et c'est le talon qui a cassé le bassin."

Il rend régulièrement visite aux infirmières et aux pompiers

Allongé six semaines, 50 jours de rééducation. Alors qu'on lui promettait un an de repos forcé, Luc Bayetto a repris le travail... trois mois après l'accident. "Cet accident, je le vis comme une super expérience même si on peut évidemment s'en passer. On dispose d'une qualité de soins hors norme en France. Les soignants ont beaucoup de mérite malgré le manque de moyens. Je passe voir régulièrement les infirmières au Puy où j'avais été transféré après l'opération. Je suis allé dire bonjour aux pompiers au Puy deux fois."

Son témoignage se veut optimiste. Certes le chemin peut être long mais la guérison est possible. "J'ai payé moins cher que d'autres, je le sais bien. Mais il faut y croire, laisser le corps travailler. C'est incroyable ce qu'il est capable d'accomplir seul."

Le parapente entre parenthèses

Depuis la chute, Luc, qui avait réalisé 70 vols en 18 mois avant l'accident, n'a pas repris le parapente. Ce sportif accompli, qui avait fait le tour de l'Europe, s'interroge. "Je préserve mon train d'atterrissage. Je n'aurais pas deux chances comme celle-là. J'ai forcément de l'appréhension. Si je revole, il faudra le refaire par étapes. Ici, sur le Mézenc, le vent change souvent. J'étais venu dix fois et les conditions n'étaient jamais réunies."

Dernière modification le vendredi, 05 avril 2019 10:04
Connectez-vous pour commenter