mercredi, 10 avril 2019 18:11

Saint-Just-Malmont : dans une lettre ouverte, les élus du personnel de Cheynet interpellent les pouvoirs publics

Photo d'illustration|| Photo d'illustration|| ||

Ce mercredi 10 avril, les élus CGT et Force Ouvrière du personnel de l'entreprise Cheynet de Saint-Just-Malmont ont adopté à l'unanimité une motion qui s'adresse aux élus de Haute-Loire, au préfet, au Premier ministre et au président de la République.

Cette lettre transmise également aux médias a été rédigée "contre les licenciements, pour l'emploi et la réindustrialisation du site de Saint-Just-Malmont et pour une prime de compensation pour les salariés licenciés".

"Malgré les 5 plans de licenciements que nous avons subis ces dernières années, faisant passer de 500 à moins de 200 salariés le site Cheynet à Saint-Just-Malmont nous avons toujours continué à travailler avec sérieux et dévouement. Depuis le mercredi 2 avril il nous a été notifié la fin de l'activité de l'usine et le licenciement de ses 177 salariés. Alors que l'industrie textile se porte mieux en France, les choix stratégiques que les différents patrons nous ont imposé ont tous été des impasses et ce sont toujours les salariés qui en ont subi les conséquences ! Les licenciements ça suffit !"

"Quel avenir pour la ville de Saint-Just-Malmont et le bassin d'emploi « Loire Semène » cœur géographique de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le département de la Haute-Loire où des centaines de licenciements sont en cours ? Il faut urgemment réindustrialiser le site de l'usine Cheynet qui a des capacités de production et des salariés avec un grand savoir-faire."

"Les collectivités locales, régionales et nationales ont donné de l'argent par millions d'Euros aux employeurs, sans aucune garantie ni pour les salaires ni pour les emplois ! Ça suffit ! Protéger ceux qui ont déjà tout c'est facile, mais que faites-vous pour ceux qui n'ont plus rien ? Il faut des primes de compensation pour les salariés qui sont jetés au chômage sans savoir de quoi demain sera fait !"

"Nous attendons une réponse d'urgence sociale de votre part."

Dernière modification le mercredi, 10 avril 2019 18:17
Connectez-vous pour commenter