graphiste imprimeur copy

Impression | Web (boucherie en ligne) | Gobelet

logo slogan new

logo slogan new

graphiste imprimeur copy

Impression | Web (boucherie en ligne) | Gobelet

jeudi, 21 mai 2020 08:08

Chambon-sur-Lignon : il lance une production de pommes de terre en agriculture biologique

|| || ||

Hugo Joubert vient de mettre sous terre des plants de pommes de terre sur une parcelle de 5000 m2 au "Pont-de-Mars" au Chambon-sur-Lignon. Le producteur de la Pomme de terre du Lignon a fait le choix de l'agriculture biologique.

Les patates ont remplacé les cochons au "Pont-de-Mars". Là où étaient élevés il y a quelques années des porcs en plein air, le jeune homme a transformé un terrain de 5000 m2 pour la culture de pommes de terre.

Une double activité

Hugo Joubert tente l'aventure de patatier. A 21 ans, il réalise une partie de son rêve de s'installer dans l'agriculture. Après un bac pro CGEA (Conduite et gestion de l'exploitation agricole) à Ressins, près de Roanne, ce Duniérois d'origine, qui vit depuis dix ans au Mas-de-Tence, a poursuivi avec un BTS Acse (Analyse et conduite des systèmes d'exploitation) puis une licence technico-commercial dans l'agriculture.

Outre cette activité, Hugo Joubert est aussi salarié chez Agri Sud-Est Centre où il intervient dans les magasins de l'ouest de la Haute-Loire.

Deux variétés : la charlotte et la désirée

Au Chambon-sur-Lignon, le jeune producteur a choisi de planter deux variétés : la charlotte et la désirée. "Elles sont polyvalentes sans êtres généralistes. La charlotte ira bien pour la tartiflette, le gratin, la raclette, la pomme de terre au four. La désirée est parfaite pour des frites, la purée, les chips."

La carte de la transparence, de la plantation à la récolte

Au-delà de produire, le jeune homme entend communiquer auprès du grand public pour montrer les différentes étapes et jouer la transparence de la plantation à la récolte. "J'ai fait le choix de l'agriculture biologique, je suis actuellement en conversion. La pomme de terre est peu présente en bio, on a de plus en plus de circuits courts, de vente directe mais on ne sait toujours pas ce qu'il y a dedans. 60 % des pommes de terre consommées en France présentent des résidus de pesticides. J'écoulerai ma production en vente directe. La réservation sera possible à partir du mois d'août."

Dans un second temps, tout en gardant la vente directe, le Chambonnais envisage de créer une marque et viser aussi la grande distribution.

Contact

Téléphone : 07 81 95 27 25

Pour suivre et prendre contact avec Hugo Joubert, il suffit de suivre sa page Facebook.

Partager sur :