Logo la Commère 43

Sorties loisirs

samedi, 09 février 2019 09:23

Tence : c'est quoi le problème à la Maison de santé ?

Photo d'illustration|| Photo d'illustration|| ||

La moitié des locaux de la Maison de santé de Tence, ouverte en 2015, sont occupés. Et certains praticiens quittent la structure. La mairie a mis un chasseur de tête sur le coup, mais cela n'a encore rien donné.

Un médecin généraliste est parti de Tence pour Saint-Jeures. Une kiné va quitter la Maison de santé pour ouvrir son cabinet à la place de la communauté de communes. La médecine du travail est partie de Tence à la mi-janvier pour recentrer ses activités à Yssingeaux. "Le médecin et la kiné partent pour des projets immobiliers", avait fait valoir Brigitte Renaud, maire, lors de ses voeux à la population.

La moitié des locaux occupés

Alors que d'autres communes comme Beauzac et Bas-en-Basset ont dû investir rapidement dans des extensions en raison d'un succès grandissant de leur maison de santé, celle de Tence peine à progresser. Sur les 12 locaux sur deux étages, 6 sont occupés par 9 professionnels (bientôt 8).

"On essaie de recruter mais on n'y arrive pas. Dans deux ans, il ne restera qu'un médecin généraliste sur la commune. Il faudrait aussi un autre dentiste", indique le maire qui a fait appel depuis un an à un chasseur de tête, "payé au résultat". Pour l'instant, cela n'a rien donné.

Faut-il salarier un médecin généraliste ?

Plusieurs pistes sont à l'étude : mettre en vente les locaux pour permettre aux praticiens d'être propriétaires et non plus locataires ; salarier un médecin généraliste. "Les jeunes médecins veulent souvent des horaires de bureau et ne pas assurer les gardes. Ils veulent aussi éviter tous les soucis administratifs."

L'Agence régionale de santé a été sollicitée. "La Maison de santé ne fonctionne pas comme elle devrait fonctionner. L'ARS est intervenue pour guider les professionnels. Si la salle d'attente pose problème, on peut changer d'étage."

Dernière modification le samedi, 09 février 2019 09:43
Connectez-vous pour commenter