mercredi, 08 août 2018 14:55

Chambon-sur-Lignon : les collections miraculeuses de Paul et Noëlle

|||||||||||||| |||||||||||||| ||||||||||||||

Au Chambon-sur-Lignon, Paul et Noëlle Cheucle collectionnent... les collections, en particulier les objets représentant la Vierge de Lourdes.

Dans cette ancienne ferme restaurée proche du golf du Chambon-sur-Lignon, un couple de joyeux retraités fourmille de trésors au sein de leur grande demeure. "Vous voulez voir des vierges ?", demande tout de go Paul Cheucle, le maître de la maison aux 3 000 vierges.

La collection est inépuisable

La collection a débuté il y a plusieurs décennies et se chiffre aisément par milliers d'objets aujourd'hui. Des médailles, des figurines en plastique dans lesquelles on peut mettre l'eau bénite, des statues en plâtre, des cadres, des bracelets... L'inventaire est extraordinaire et semble inépuisable. "Cette semaine, on m'en a encore offert quatre. On croit toujours qu'on a atteint le summum du kitsch et du mauvais goût, et voilà qu'on arrive encore à trouver des sujets inédits", s'amuse à raconter Paul Cheucle, ancien chef d'entreprise dans le domaine de la vente de produits techniques.

"Les clients me demandaient souvent de faire des miracles. Je leur répondais que les miracles, c'est à Lourdes." Et au décès de la grand-mère de Noëlle, fervente catholique, voilà un carton garni de vierges. Le couple décide de s'en emparer. "Depuis, le carton n'a cessé de se remplir. On nous en offre sans arrêt."

Des vierges même aux toilettes

Dans leur grande maison, les armoires sont pleines d'objets de décoration en lien avec Marie. Même aux toilettes, on est cerné par la représentation de la Vierge. Au bas d'une armoire, des objets cassés ou à réparer sont entreposés. "Ils sont en attente de miracle", plaisante Noëlle.

Un "soutifier" dans l'ancienne grange

Se présentant comme athées mais de culture catholique, le couple chambonnais s'amuse de cette collection assurément atypique. Mais les vierges ne sont pas les seules collections. Paul et Noëlle possèdent trois majestueux pianos mécaniques qui attendent le facteur d'orgue de Riotord pour les réparer et les faire fonctionner. La maison foisonne également de cochons en tous genres.

Et surtout, dans l'entrée de l'ancienne grange, accroché au plafond, un "soutifier" attire l'attention. Une cinquantaine de soutiens-gorge sont suspendus à une branche sèche de châtaignier. "Ce sont des dons et des reliquats de bringues", justifie Paul qui n'en dira pas plus...

Dernière modification le mercredi, 08 août 2018 15:21
Connectez-vous pour commenter