impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

Enseignement supérieur catholique janvier 2021

logo slogan new

logo slogan new

impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

samedi, 30 avril 2016 15:59

Tence : une nouvelle centenaire à la maison de retraite

Antonia Bayle a eu 100 ans vendredi.|Antonia est entourée par sa nièce Nicole Tonda.|Une vingtaine de membres de sa famille sont venus souhaiter un bon anniversaire samedi à l'aïeule.|| Antonia Bayle a eu 100 ans vendredi.|Antonia est entourée par sa nièce Nicole Tonda.|Une vingtaine de membres de sa famille sont venus souhaiter un bon anniversaire samedi à l'aïeule.|| Photo La Commère 43|Photo La Commère 43|Photo La Commère 43||
Antonia Bayle a rejoint le cercle très fermé des centenaires à l'Ehpad (Etablissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes) La Sérigoule à Tence.

Centenaire depuis vendredi 29 avril, Antonia Bayle accompagne désormais Marie Riffard, 104 ans, et Bénédicte Tavernier, 107 ans, dans cette classe d'âge à trois chiffres.

Samedi après-midi, elle était entourée de sa famille pour souffler les bougies, au milieu des autres résidants de la maison de retraite de Tence.

Née au Chambon-Feugerolle le 29 avril 1916, Antonia Salichon est la 3e d'une famille de six enfants. Elle s'est mariée à Jean Bayle en 1939. Veuve en 1961, elle rencontre Pierre-Louis Valla en 1963 au mariage de sa nièce, Nicole Tonda. Il restera son compagnon pendant cinquante ans. Ils ont rejoint l'Ehpad de Tence en 2013 et Pierre-Louis est décédé en janvier 2015.


Bien entourée par sa nièce
Ouvrière pendant toute sa carrière à l'usine Creusot-Loire à Firminy, Antonia est à la retraite depuis quarante ans. Sans enfant, elle est entourée par sa nièce Nicole, qui lui rend visite deux fois par semaine, et de son mari Alfred Tonda, qui habitent Montregard. C'est d'ailleurs pour se rapprocher d'eux qu'elle a intégré la maison de retraite de Tence.

Cette amoureuse des voyages et de la danse, qui garde une belle forme, conserve un petit côté râleur comme l'a rappelé ce samedi le directeur Xavier Cura. "Aujourd'hui, ça me fait mieux qu'hier, je suis entourée. Mes jambes me font défaut pour danser mais ce sont surtout mes yeux qui me font défaut", indique la jeune centenaire, qui a traversé deux guerres mondiales, l'une bébé, l'autre quadragènaire, au fil de son existence.
Dernière modification le samedi, 30 avril 2016 16:44

Partager sur :