mardi, 11 juin 2024 13:07

Les Prud'hommes en sous-effectifs au Puy-en-Velay : le cri d'alarme des syndicats et des juges

||||||| ||||||| |||||||
Fraisse David carré 2024

Le Conseil des Prud'hommes du Puy-en-Velay traverse une période difficile avec un seul greffier pour faire tourner la juridiction. Les deux postes d'agents administratifs sont vides.

La situation dure depuis plusieurs mois et peut avoir pour conséquence un allongement de traitement des dossiers. Tout le monde s'accorde à le dire, que ce soit les syndicats, le collège des salariés et celui des patrons.

Une personne au lieu de trois

Ce mardi, une manifestation était organisée devant le Conseil des prud'hommes au Puy-en-Velay, rue Richond-des-Brus. Les syndicats évoquent "une souffrance des salariés qui assument une surcharge de travail". "Le CPH est doté d'une greffière et de deux agents administratifs dont l'un a changé d'affectation et l'autre est en arrêt maladie".

Le cri d'alarme vise aussi à soutenir cette juridiction, régulièrement menacée par les réformes judiciaires. "On peut se demander sur cette situation n'arrange pas l'Etat pour attaquer cette juridiction", lit Pierre Marsein, secrétaire départemental de la CGT, sur un communiqué signé aussi de la CFDT, CFE-CGC et Force Ouvrière.

"Sinon, on ferme"

"Nos attentes sont simples, fait savoir Jean Présumey, président actuel du Conseil des prud'hommes, qui intervient pour le collège des salariés, au côté du vice-présient Michel Chanson, du collège des patrons. On demande que les décideurs pourvoient les postes manquants. Sinon, on ferme le conseil."

Un greffier du tribunal judiciaire abonde : "On est inquiets pour les colègues. Le Conseil des prud'hommes est un lieu où on vient poser des questions, on oriente les gens."

Dernière modification le mardi, 11 juin 2024 13:26

Partager sur :