imprimerie pas cher

Imprimerie pas chère | Web | Boutique discount

logo slogan new

logo slogan new

imprimerie pas cher

Imprimerie pas chère | Web | Boutique discount

lundi, 02 novembre 2020 08:13

RN88 : le préfet donne son feu vert pour la 2x2 voies Le Pertuis/Saint-Hostien

|| || ||

Après l'avis favorable livré par la commission d'enquête autour du projet de 2x2 voies pour contourner Le Pertuis et Saint-Hostien, le préfet vient de délivrer un arrêté portant autorisation environnementale.

Sans surprise, le préfet de Haute-Loire est allé dans le même sens que la commission d'enquête. L'arrêté préfectoral a été signé la semaine dernière et va permettre à la Région Auvergne-Rhône-Alpes d'entrer dans la phase concrète des travaux.

Le projet consiste à créer une déviation en tracé neuf à 2x2 voies (10,7 km) de la route nationale 88 sur les communes du Pertuis, Saint-Hostien, Saint-Pierre-Eynac et Saint-Etienne-Lardeyrol, commencant de l’extrémité sud du créneau de Bessamorel et allant jusqu’à l’extrémité est de la déviation de Blavozy, avec la création d’échangeurs au Pertuis et à Saint-Hostien.

"Le meilleur compromis trouvé"

Cet arrêté rappelle que ce projet "a pour objectif principal d’améliorer la sécurité des usagers de la RN88, d’améliorer la fluidité du trafic notamment les conditions de circulation aux heures de pointe, de dégager des gains de temps et d’améliorer le confort des usagers" et ce projet "répond à un objectif d’aménagement du territoire et de développement économique et social des territoires concernes".

Le préfet estime que la solution retenue "variante Sud" passant au nord du hameau de Lardeyrol avec deux échangeurs à Saint-Hostien et au Pertuis, "se présente comme le meilleur compromis entre les impératifs techniques, économiques, sociaux et environnementaux et qu’il n’existe pas d’autre solution alternative satisfaisante".

Les mesures compensatoires

Concernant les mesures compensatoires et la gêne sur l'habitat naturel, cet arrêté du préfet indique que "la dérogation ne nuit pas au maintien, dans un état de conservation favorable, des populations d’espèces protégées concernées dans leur aire de répartition naturelle, compte tenu notamment des mesures d’évitement, de réduction, de compensation, d’accompagnement et de suivi mises en oeuvre". Et "l'ensemble des mesures compensatoires concernant l’altération, la destruction des zones humides devront être finalisées au plus tard avant la fin des travaux".

Une action en justice pour les opposants

Parmi les opposants à ce projet, France Nature Environnement 43, réagit. "Le préfet nous a reçu, il y a une dizaine de jours, nous avions pensé qu'il avait entendu nos questionnements et nous avions cru qu'il tiendrait compte de certains. Il n'en n'est rien ! Suite à cette rencontre, il a même refusé de répondre aux questions posées, par exemple concernant la validité de la Déclaration d'Utilité Publique de 1997. On aurait dû comprendre lorsqu'il a déclaré dans le journal Le Monde du 24 octobre "il existe des procédures judiciaires, s'ils (les opposants) ne sont pas d'accord, des recours existent". Est-ce que c'est la solution pour lui pour sortir de ce mauvais projet ? Et de pouvoir en penser un autre compatible avec les enjeux actuels ?"

Dernière modification le lundi, 02 novembre 2020 08:56

Partager sur :