impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

logo slogan new

logo slogan new

impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

jeudi, 21 janvier 2021 18:58

Yssingeaux : la mairie veut racheter le site des ex-AMV pour raser les bâtiments

||||||||||||||| ||||||||||||||| |||||||||||||||

Fermée depuis quinze ans, l’entreprise des AMV avait été rachetée par la Semcoda. Aujourd’hui, la Ville d’Yssingeaux a fait une proposition pour racheter le site, le dépolluer et tout raser pour de nouveaux projets immobiliers en lien avec l’Ecole de pâtisserie notamment.

La Semcoda, qui a déjà construit la Maison de santé et réhabilité l’ancien lycée du Sacré-Cœur en résidence pour seniors, avait aussi racheté l’ex-usine des AMV (Ateliers mécaniques du Velay) en 2018 pour 82 000 €. Les AMV représentaient jadis la fierté yssingelaise. Pilier de l'économie locale, l'entreprise avait été créée par Marcel Guillaumond en 1958, qui fut ensuite maire d'Yssingeaux de 1971 à 1989. Les AMV ont compté jusqu'à 500 salariés. Inventeur de la lame circulaire à segments, un des leaders mondiaux de la fraise scie, la société AMV était un acteur incontournable du couteau industriel (et de la lame industrielle...).

Jusqu'à 500 salariés AMV à Yssingeaux

L'aventure s'était terminée en 2002. AMV avait ensuite été repris par Diam Group, sous le nom AMVDIAM, de 2002 à 2009. Reprise en février 2009 par trois actionnaires, dont un ancien responsable de l'usine, Régis Duboys de Lavigerie, l'activité couteaux industriels (et lames industrielles) de la société AMVDIAM est devenue AMVMECA. La société est aujourd'hui basée à Saint-Maurice-de-Lignon.

Une offre pour racheter à la Semcoda

Aujourd’hui, la Semcoda rencontre des difficultés et la Ville d’Yssingeaux a fait une proposition pour racheter le site de 7000 m2. L’offre est de 92 000 €.

Le plus gros de la dépense concernera la dépollution et la démolition. La première estimation est de 7-800 000 €. Des études plus fines permettront de préciser la dépense. Grosso modo, il faut compter 1 million d'euros pour assainir ce tènement sur la route de Saint-Jeures qui comprend d'immenses locaux sur trois niveaux.

Permettre le développement de l'ENSP

Ensuite, la mairie veut reprendre le projet de construction de bâtiment en lien avec l’Ecole nationale supérieure de pâtisserie située à quelques centaines de mètres. Il s’agirait d’une extension de l'ENSP avec quatre laboratoires, des bureaux et des logements pour les formateurs. La maison pour enfants des Ecureuils au Chambon-sur-Lignon a aussi montré de l’intérêt pour rejoindre ce projet et construire un lieu pour les pré-ados. Quant à l’école de la maroquinerie des Ateliers du Meygal, la mairie attend une réponse de Vincent Rabérin de Sofama. « Mais on n’aura pas de mal à trouver un autre candidat. Il y a de la demande », estime Pierre Liogier, le maire.

S'appuyer sur le Plan de relance de l'Etat

Pour cette conséquente opération, la Ville d'Yssingeaux va répondre à deux appels à projets de l'Etat dans le cadre du Plan de Relance. Les dossiers doivent être déposés avant février 2021. "Sans le Plan de relance, on ne pourrait pas y aller car les dépenses sont importantes", convient le maire.

Dernière modification le jeudi, 21 janvier 2021 19:44

Partager sur :