Logo la Commère 43

Sorties loisirs

jeudi, 17 novembre 2016 18:52

Bas-en-Basset/Valprivas : un collectif s'organise contre les éoliennes

Le projet se situe entre Bas-en-Basset et Valprivas.||| Le projet se situe entre Bas-en-Basset et Valprivas.||| Photo La Commère 43|||

Un collectif d'habitants propose une réunion publique vendredi à Valprivas pour évoquer le projet de six éoliennes à la frontière des territoires de Valprivas et Bas-en-Basset.

A chaque projet d'éoliennes son collectif d'opposants. A Valprivas et Bas-en-Basset, le dossier ressort des cartons et des riverains formulent leurs inquiétudes autour de l'implantation de six éoliennes réparties sur les territoires de Valprivas et Bas-en-Basset, sur le plateau, au niveau du lieu-dit "Coutenson".

Une réunion publique est proposée vendredi à 20 heures dans la maison des écoliers à Valprivas, elle est organisée par "des habitants en colère et inquiets face à une information trop légère". Elle s'adresse à tous les habitants de Valprivas et Bas-en-Basset et plus généralement aux personnes qui s'intéressent au sujet sensible de l'installation des éoliennes.

Les habitants pensaient que le projet était tombé à l'eau. Mais en octobre, une annonce légale parue dans la presse évoque une demande d'autorisation pour le défrichage de 5 hectares de forêt et une enquête publique.

Ce rassemblement populaire permettra d'échanger autour d'un sujet relativement opaque. Porté par l'entreprise EDF Energies nouvelles, le projet concerne six éoliennes de 170 m de haut, à 730 mètres de la première habitation. Si les riverains étaient confiants, c'était en raison du permis de construire refusé en 2015, en raison surtout de l'utilisation du couloir aérien pour les entraînements des avions de chasse. EDF Energies nouvelles a porté l'affaire devant le tribunal administratif en déposant un recours, toujours en instruction.

La demande de défrichement vient rebattre les cartes. D'où la montée au créneau des riverains.

Dernière modification le lundi, 21 novembre 2016 21:56
Connectez-vous pour commenter