Afficher les éléments par tag : rn88

Les quatre associations opposées au début des travaux de la RN88 entre Le Pertuis et Saint-Hostien, avaient déposé un référé suspensif qui a été rejeté par le tribunal administratif de Clermont. Elles annoncent qu'elles vont porter le dossier devant le Conseil d'Etat.

Après le refus du tribunal administratif de Clermont-Ferrand de suspendre les travaux de la RN88 entre Le Pertuis et Saint-Hostien, les quatre associations écologistes passent à l'étape d'après. Il s'agit du Conseil d'Etat. Le juge suprême sera sollicité avant le 23 mars, date limite pour cet appel. Les opposants espèrent ainsi casser la décision et retenter leur chance devant un tribunal administratif. Ils n'ont pas apprécié les quatre lignes de la décision pour un dossier qui a demandé des heures de préparation. "Quatre lignes pour réfuter, c'est un peu juste", estime Colette Chambonnet de SOS Loire Vivante, qui rappelle les 20 hectares de zones humides détruites et les 2,4 km de cours d'eau modifiés.

Outre SOS Loire Vivante, on retrouve la FNAUT (Association des usagers des transports d'Auvergne), France Nature Environnement Haute-Loire et Auvergne-Rhône-Alpes. Ils reprochent "une décision inexpliquée et inexplicable du juge de laisser poursuivre les travaux de déviation de la RN88". Leur requête s'attaquait à l'autorisation du préfet de Haute-Loire d'autoriser le début du chantier.

L'arrêté préfectoral a-t-il été respecté ?

"La grande sacrifiée dans ce dossier, ce n'est pas la sécurité routière mais bien la biodiversité, l'agriculture et le climat." Francis Collet, de FNE Haute-Loire, habite au Pertuis. Il indique "avoir vu des engins travailler de nuit et des abattages et défrichages se faire par -5 °C, alors que c'est interdit par l'arrêté préfectoral".

Un appel aux dons pour financer

Pour les aider à financer ce recours devant le Conseil d'Etat, dont le coût est estimé à 6000 € (les opposants doivent passer par un avocat agréé par le Conseil d'Etat), les associations ont décidé de lancer un appel aux dons. Une cagnotte en ligne existe sur Helloasso.

Quelles alternatives possibles ?

Ces quatre associations militent pour des alternatives. Pierre Pommarel, de la FNAUT évoque le développement des transports en commun : "Développer un bus par heure entre Yssingeaux et Le Puy de 6 heures à 20 heures coûterait 450 000 € par an. Et en augmentant les cadences de train Le Puy/Saint-Etienne, cela reviendrait à 3 millions d'euros par an. On est bien loin des 220 millions d'euros de ce projet autoroutier."

Les associations évoquent aussi la possibilité d'une petite déviation pour Saint-Hostien et d'une tranchée couverte pour Le Pertuis afin de faciliter l'accès aux commerces. "Ça mérite d'être étudié avec les habitants."

RN 88 Survol general du tracé en projet en automne 2020 from European Rivers Network on Vimeo.

Publié dans Actualités
Tags:

Quatre associations ont décidé de saisir la justice. Un recours et un référé ont été déposés devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand par les associations FNE (France Nature Environnement) Auvergne-Rhône-Alpes, FNE Haute-Loire, SOS Loire Vivante et AUTA (Association des Usagers des Transports d'Auvergne).

Promise depuis des mois par les opposants au projet de 2x2 voies sur la RN88 pour contourner Le Pertuis et Saint-Hostien, cette action en justice a été lancée. Un recours collectif de 4 associations a été déposé pour contester le projet dans son ensemble. Ces mêmes associations ont déposé un référé pour suspendre les travaux, commencés début janvier. Le juge des référés se prononce dans un délai variant de 48 heures à un mois ou plus en fonction de l'urgence.

FNE Haute-Loire annonce avoir déposé plainte auprès de l’Office Français de la Biodiversité mi-janvier : "Les travaux ont débuté début janvier malgré la neige et des températures très négatives, parfois de nuit. Nous faisons le constat de non-respect des prescriptions de l’arrêté d’autorisation environnementale", affirme Francis Limandas, président de FNE Haute-Loire. En effet, à des températures frôlant les -10°C (alors que l’arrêté préfectoral ne le permettait pas), les chauves-souris, grenouilles ou petits mammifères sont transis et ne peuvent pas fuir.

"C'est un projet d’un autre temps"

Les quatre associations assurent : "Le projet de déviation de la RN88 a été pensé à l’époque du tout-voiture. Déclaré d’utilité publique en 1997, il sort de terre à l’identique 23 ans plus tard dans un contexte où crise climatique et 6e extinction de biodiversité sont affichées comme des priorités de l’action publique, voire à l’article premier de notre constitution ? Construire ces 10,7 km de route, c’est détruire 140 hectares d’espaces naturels, forestiers et agricoles, 16 habitats d'intérêt communautaire, plus de 100 espèces protégées, dont 3 d’entre-elles bénéficient même d’un plan national d’action pour assurer leur préservation."

Quel est le gain de temps ?

L'argument de la sécurité routière est contredit par les opposants. "Statistiquement, l’actuelle RN88 ne présente pas une dangerosité plus élevée que la moyenne des routes du même type et le gain de temps annoncé sur les trajets des usagers est de 3 minutes pour les voitures et 1 minute pour les poids lourds. Autrement dit, cet investissement de 226,5 millions d’euros ne permettrait pas un vrai gain de temps pour les usagers !"

Ils réclament l'étude d'alternatives

"Cela fait 75 millions d'euros la minute gagnée. Cela fait cher", ajoute Pierre Pommarel, porte-parole de l'AUTA. "Ce n'est pas pour autant qu'il ne faut rien faire pour les habitants. On peut étudier des petittes déviations de 2x1 voies, le développement du train, de trains directs, d'autocars."

Jean-Jacques Orfeuvre, vice-président de FNE AURA, précise qu'aucun recours n'a été déposé contre les travaux qui viennent de débuter entre Yssingeaux et Bessamorel "où il s'agit de simplement doubler une route existante et où le bilan en terme d'accidents le mérite".

Publié dans Actualités
Tags:

Alors que les travaux de doublement de la RN88 entre Yssingeaux et Bessamorel ont débuté en fin d'année 2020, des entreprises ont commencé d'intervenir depuis quelques jours sur le futur tracé de la RN88 entre Le Pertuis et Saint-Hostien.

Sur les panneaux posés en bordure de la RN88 à Bessamorel, le début des travaux est indiqué pour janvier 2021 et la fin pour 2025. Effectivement, les travaux ont bien débuté du côté du Pertuis. Entre le stade et le hameau du "Vernet", plusieurs haies ont été broyées, les arbres tombent. Malgré des températures largement négatives et un terrain difficile, plusieurs entreprises ont entamé leur mission de déboisement et défrichement. Plusieurs abatteuses ont été observées. Il en est de même dans le secteur du "Rouchas" à Saint-Hostien, où plusieurs sous-traitants agissent avec un objectif d'avoir terminé avant la mi-février.

Un recours déposé, trois en attente

Alors que les engins interviennent, plusieurs membres du collectif La Lutte des Sucs observent, prennent des photos, captent des renseignements en prévision des procédures judiciaires. Car si l'élue régionale Myriam Laïdouni-Denis a bien déposé un recours devant le tribunal administratif, elle est pour l'instant la seule. Les associations FNE43 (et FNE Auvergne-Rhône-Alpes), SOS Loire Vivante et la FNAUT (usagers des transports) n'ont pas encore agi devant les tribunaux.

Le collectif a sollicité le préfet

"Début des travaux ne signifie pas défaite de la lutte, mais au contraire, accélération de celle-ci : dans la forêt de Roybon, où devait voir le jour un Center Parc, d'importantes coupes d'arbres avaient commencé dès 2014, mais l'occupation de la forêt et la bataille juridique ont fait céder le promoteur. Le projet a été abandonné le 8 juillet 2020", indique le collectif. "Suite aux premiers constats, nous avons sollicité le préfet pour qu'il fasse respecter son arrêté et arrête ainsi les travaux."

Publié dans Actualités
Tags:

Comme elles l'avaient promis, plusieurs associations vont déposer un recours devant le tribunal administratif contre le projet de 2x2 voies sur la RN88 au Pertuis et Saint-Hostien.

Le combat des écologistes rentre dans le dur. Réunis au sein d'un collectif, la Lutte des Sucs, ils rejettent en bloc le projet porté par la Région Auvergne-Rhône-Alpes de nouvelle RN88 entre Bessamorel et Blavozy, contournant Le Pertuis et Saint-Hostien. "C'est le plus gros chantier routier de France, 10 km d'autoroute, 80 hectares de terres agricoles, 3 millions de mètres cubes de remblais, un chantier colossal de 226 millions d'euros", rappelle Renaud Daumas, vice-président de FNE43 (France Nature Environnement).

Trois associations engagées dans un recours

Ce recours sera porté par au moins trois associations : FNE43 (et FNE Auvergne-Rhône-Alpes), SOS Loire Vivante et la FNAUT (usagers des transports). Leur prise de parole intervient après l'aval du préfet de Haute-Loire autour de ce projet. Un arrêté vient d'être pris pour autoriser les travaux.

Les exemples de l'A45 et de Roybon

"Le dégagement des emprises a été annoncé pour la fin de l'année, les tronçonneuses hurlent déjà, les arbres tombent... Il manque encore des terrains au maître d'ouvrage comme l'accès au projet de chantier, une zone de remblais, des mesures compensatoires. Des propriétaires sont harcelés, avec des courriers prêts à signer, leur donnant l'impression qu'ils n'ont pas le choix... et ils vendent ! Ils vendent des terrains utiles à la construction de la lutte, utiles au blocage des travaux !", ajoute Renaud Daumas qui veut redonner espoir : "Ce n'est pas parce que le préfet a donné son autorisation que le projet se fera ! Des recours existent, ne vendez pas vos terres, semez des cultures, ne coupez pas vos arbres... Pas loin de chez nous, des victoires ont éclaté, comme l'A45 et le projet de Center Parc à Roybon en Isère."

Tout faire pour empêcher le début des travaux

Les opposants se montrent déterminés : "Si les travaux débutent, on saisira le tribunal en référé pour suspendre le chantier", prévient Jean-Jacques Orfeuvre, autre vice-président de FNE43 et FNE AURA.

SOS Loire Vivante a rejoint le mouvement, estimant que "d'autres alternatives méritent d'être étudiées". Le recours entend aussi défendre les 20 hectares de zones humides qui seraient détruits.

Pour la FNAUT, ce dossier est un cas d'école. Par la voie de Pierre Pommarel, "on est face à des carences en terme de transports collectifs en Haute-Loire".

Un combat aussi politique

Le combat est aussi politique. Des élues régionales écologistes se font entendre à quelques mois des échéances électorales. Fabienne Grébert sera tête de liste pour les écologistes. Et Myriam Laidouni-Denis, élue régionale en Isère, est originaire de Queyrières. Elles parlent de "projet vorace en fonds publics", "d'irresponsabilité", "de boa du bitume". Fabienne Grébert estime que ce projet aura tendance "à favoriser la délocalisation des emplois alors que l'argent pourrait davantage servir pour les relocalisations".

Publié dans Actualités
Tags:

Le chantier qui a débuté depuis un mois vise à accentuer la sécurité sur le viaduc du Lignon (640 m de long) et aux abords de l'ouvrage de la RN88 construit de 1991 à 1993. Chaque jour, 18 000 véhicules y passent dont 2 000 poids-lourds.

Etanchéité, prolongement du muret central, pose de parois anti-suicide, nouveau revêtement. Le chantier actuel de la RN88 à hauteur du viaduc du Lignon représente un investissement conséquent pour les services de l'Etat, de l'ordre de 1,7 million d'euros.

Encore une semaine d'alternat

La première étape a débuté par les travaux d'étanchité sur le viaduc. Cinq semaines d'intervention sont nécessaires et ont entraîné un alternat dans les deux sens. Cette phase doit se terminer jeudi 30 juillet. Il reste donc une semaine de bouchons potentiels sur la RN88 entre Monistrol-sur-Loire et Saint-Maurice-de-Lignon, avec un temps d'attente allant de 5 minutes à 30 minutes selon les moments.

400 m de muret en béton pour éviter tout face-à-face

A partir de lundi 27 juillet, la deuxième partie va débuter, à savoir la sécurisation de l'entrée Nord du viaduc, soit le prolongement du muret central en béton du côté de Monistrol. Huit semaines seront nécessaires pour créer ces 400 m supplémentaires et ainsi éviter les chocs frontaux. Tout le monde a encore en mémoire cet accident mortel du 1er août 2015 où un couple et leur enfant sont morts sur cette portion. Ce chantier n'impose pas l'alternat mais les deux voies de circulation bidirectionnelles vont se décaler d'un côté ou de l'autre en fonction de l'avancement des travaux.

300 mètres de paroi anti-suicide

La dernière étape sera la pose d'une paroi anti-chute sur 300 mètres de long sur le viaduc, dans le sens Saint-Etienne/Le Puy. L'autre côté, qui dispose actuellement d'un filet de 140 m de long depuis la création du viaduc, sera équipé au printemps 2021 lors de nouveaux travaux d'étanchéité de ce côté de la chaussée. "Le but est d'éviter que les gens se jettent depuis le viaduc en direction des maisons qui se trouvent dessous et aussi les jets de projectiles en tous genres", fait-on savoir à la DIR Massif Central.

Fermeture totale une nuit en septembre

Autre point de ce chantier : le revêtement sera totalement refait, à la fois sur le viaduc et dans les deux sens du viaduc à la bretelle de Grangevalat. Cette intervention est programmée pour la mi-septembre et entraînera une fermeture totale de la RN88 avec une déviation par Bas, Beauzac et Retournac, l'ancienne RN88 entre Monistrol et Saint-Maurice ne pouvant accueillir cet itinéraire bis en raison du pont de Lignon dont l'état est vétuste.

Publié dans Faits divers
Tags:

Alors que l'enquête publique vient de débuter sur le projet de 2x2 voies de la RN88 entre Le Pertuis et Saint-Hostien, les acteurs du monde économique parlent d'une seule voix pour encourager ce projet et favoriser la circulation en Haute-Loire.

Les acteurs du monde économique ont choisi leur camp. Pour la CCI, la Chambre des métiers, le Medef, la CPME et la CAPEB, la mise en 2x2 voies de la RN88 pour relier Yssingeaux à Blavozy, en contournant Le Pertuis et Saint-Hostien, est vital pour l'économie de Haute-Loire. "C'est l'axe structurant", estime Jean-Luc Dolleans, le président de la CCI qui a présenté sa contribution lundi au commissaire enquêteur en mairie de Saint-Hostien.

Haro sur "les positions extrêmes"

Les autres représentants professionnels vont aussi apporter leurs arguments à l'enquête publique mais en communiquant à travers la presse, ils entendent "peser davantage" comme le reconnaît Serge Vidal, de la Chambre des métiers et de l'artisanat, alors que les opposants apportent des arguments dans la bataille d'idées (lire aussi ici). Cette communication groupée donne, de facto, du crédit aux opposants face à ce projet porté financièrement par la Région de Laurent Wauquiez. "Il ne faut pas individualiser ce projet, en faire un combat politique comme ce fut le cas pour l'A45 quand on voit ce que ça a donné", prévient le président de la CCI. "Des positions extrêmes peuvent ainsi compromettre gravement ce projet que nous attendons depuis près de 30 ans alors qu'une opportunité unique nous est faite."

La voiture reste indispensable en Haute-Loire

CCI, CMA, CAPEB, CPME et Medef mettent en avant "le développement économique". "La connexion efficace de la RN88 à Rhône-Alpes constitue un véritable facteur clef de succès comme pour tout l'Est de la Haute-Loire."

Stéphane Vray, délégué général du Medef, rappelle qu'en Haute-Loire, "la bagnole est encore indispensable chez nous" et "les entreprises regardent l'emplacement par rapport aux axes routiers quand elle choisit de s'installer quelque part".

La jurisprudence de la 2x2 voies actuelle

La CPME, par la voix de ses coprésidents Sandrine Serre-Orfeuvre et Jean-Michel Giraud, argumentent que "la RN88 est un marqueur et qu'elle a profité au bassin d'Yssingeaux et Monistrol, elle permet aussi aux salariés d'accéder rapidement à leur travail".

Et Hervé Guillot de rappeler les cas de Saint-Maurice-de-Lignon, Yssingeaux ou encore Blavozy : "Allez demander aux riverains s'ils ne sont pas contents de ne plus voir autant de véhicules passer devant chez eux."

Ecologie et économie

Et Thierry Grimaldi, président de la CAPEB, d'affirmer que "il n'est pas antinomique de faire de l'écologie et de l'économie. Il ne faut pas être les uns contre les autres mais les uns avec les autres."

Publié dans Actualités
Tags:

Les travaux du doublement de la RN88 ont été lancés ce vendredi 28 février au niveau de la déviation d’Yssingeaux par le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui porte ce chantier à la place de l'Etat. Le doublement de la déviation d'Yssingeaux doit se terminer en 2022 et le contournement Le Pertuis/Saint-Hostien en 2024.

La Région pilote ce chantier en assurant pour la première fois la maîtrise d’ouvrage déléguée par l’Etat pour deux opérations d’aménagement de la RN88 au niveau de la déviation d’Yssingeaux et entre Le Pertuis et Saint-Hostien.

Elle investit pour ce chantier historique 234,8 millions d’euros sur un budget global de 263,3 millions d’euros. Cette mise en 2x2 voies doit permettre de rendre le trajet plus sûr pour les automobilistes, d’améliorer leurs temps de parcours quotidiens, de mieux desservir les territoires et de conforter l’attractivité et le développement économique de la Haute-Loire.

L'association Vivre et Conduire rappelle "les 4 accidents mortels qui prouvent que la construction de la 2x2 voies sur la RN88 est indispensable".

Des associations écologistes critiques

Plus critiques, le Réseau Ecologie Nature de Haute-Loire (REN 43) et l'Association des Usagers des Transports d'Auvergne (FNAUT) délégation 43, évoquent "la Région du Goudron, un projet du passé". "N'y a-t-il pas mieux à faire d'une telle somme à l'heure du dérèglement climatique, de l'effondrement de la biodiversité et de la nécessité absolue et urgente d'une transition écologique et énergétique ? Les habitants de Haute-Loire sont maintenus dans un état de dépendance à l'automobile quasi absolu, faute d'alternatives. Cet investissement colossal se fera fatalement au détriment de dépenses plus utiles à la vie quotidienne de nos concitoyens (il correspond par exemple au prix de 4 lycées neufs). Le développement économique de la Haute-Loire ne dépend pas de ces travaux pharaoniques dont l'impact environnemental sera très sévère."

Les témoignages en vidéo

1re étape : mise à 2x2 voies de la déviation d’Yssingeaux

L’opération consiste à élargir la route nationale existante sur un tronçon de 3,8 kilomètres. Au nord, le doublement prolonge l’actuel tronçon à 2x2 se terminant après l’échangeur de la Guide. Au sud, le doublement s’arrête avant le viaduc du Ramel qui reste à 2 voies. La vitesse de référence sera à 110 km/h.

Au programme des travaux

- Prolongement de 4 passages inférieurs et d’un boviduc (passage pour bovins)

- Construction d’un mur de soutènement de 140 mètres de long dans le secteur de Lavée

- Réalisation de 4 écrans acoustiques de type béton de bois et 4 écrans occultant de type palissade bois, sur une longueur totale de 1 530 mètres

- Déplacement de certaines sections de la voie communale qui longe la RN88 entre Villeneuve et Echabrac

- Démolition partielle et reconstruction de 2 ouvrages hydrauliques, correspondant aux deux bras du cours d’eau Riou Mouri

Les travaux doivent durer deux ans et demi.

2e étape : déviation de Saint-Hostien / Le Pertuis

La Région finance à hauteur de 198 millions d’euros ce chantier. Le Département finance à hauteur de 14 millions d’euros et l’Etat à hauteur de 14,5 millions d’euros. L’opération consiste à aménager un tracé neuf à 2x2 voies d’une longueur totale de 10,7 kilomètres. Du nord au sud, le projet traverse les communes du Pertuis, de Saint-Hostien, Saint-Pierre-Eynac et Saint-Etienne-Lardeyrol. La vitesse de référence sera à 110 km/h. Deux points d’échanges sont prévus : un échangeur complet au franchissement de la RN88 actuelle, à proximité du cimetière de Saint-Hostien ; un échangeur complet au Col de Pertuis.

Au programme des travaux

- Construction de 13 ouvrages d’art et d’un viaduc dit « viaduc de Roudesse » de 300 mètres de long

- 2 600 mètres linéaires de protections acoustiques (écrans, merlons)

- Terrassements importants : 3 millions de m3 de déblais et 1,4 million de m3 de remblais

Les travaux doivent durer trois ans et demi.

Les tracés


Doublement d'Yssingeaux
RN88 doublement Yssingeaux

Déviation Le Pertuis/Saint-Hostien

RN88 contournement Saint Hostien Le Pertuis

Publié dans Actualités

Aux voeux du monde économique puis de l'Agglo du Puy, Laurent Wauquiez a rappelé sa détermination à mener à bien la 2x2 voies de la RN88 entre Yssingeaux et le rond-point de "Lachamp". Tout comme la RN102.

Il en fait l'un de ses grands projets. Dans sa volonté de "désenclaver" la Haute-Loire, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes veut voir le projet de 2x2 voies aboutir entre Yssingeaux et le rond-point de "Lachamp" afin de créer la continuité de la route nationale sur l'Est de la Haute-Loire. Cet aménagement apporterait autant de satisfactions pour le développement de l'Yssingelais que du bassin ponot.

La Région supplante l'Etat

"Quand j'ai voulu le contournement du Puy, on m'a ri au nez mais on y est arrivé. Pour la RN88 entre Yssingeaux et Saint-Pierre-Eynac, on va y arriver. Alors que c'est l'Etat qui devrait s'en occuper, c'est la Région qui va s'occuper de ce dossier et financer, avec l'appui d'un minimum de l'Etat. Je vous le dis : les premiers travaux débuteront en 2020."

Sébastien Masson, le maire du Pertuis, est partisan de cette 2x2 voies. "On gagne des habitants, de nouvelles familles s'installent. Cette déviation pourrait permettre à la commune de se développer et de continuer à séduire de nouveaux habitants, partagés entre Le Puy d'un côté et Yssingeaux voire Saint-Etienne de l'autre."

La RN102 aussi concernée

"La Haute-Loire doit rester une voie de comunication, c'est comme ça qu'elle a existé dans le passé et c'est comme ça qu'elle existera dans l'avenir", poursuit Laurent Wauquiez qui entend encourager des aménagements de voies rapides sur la RN102 et sur la RN88 Sud pour faire le lien avec la Lozère. Pour la RN102, on utilisera la même technique que la RN88. Il faut avancer par petits bouts. Les travaux se mettent en place à Arvant et c'est une bonne chose."

 

Publié dans Actualités

La Direction Interdépartementale des Routes (DIR) Massif Central informe de la fin des travaux.

La circulation à 2 voies sera rétablie sur l'ouvrage ce vendredi 22 novembre... uniquement pour le week-end.

Un alternat ponctuel sera mis en place en début de semaine prochaine pour achever les travaux nécessaires à la mise en sécurité des usagers (glissières et signalisation horizontale).

Des travaux de finition (étanchéité des trottoirs notamment) seront réalisés après la période de viabilité hivernale, et nécessiteront de nouvelles mesures de restriction de circulation.

Une information sera diffusée en temps utile pour informer les usagers.

Publié dans Actualités

Le parquet du Puy-en-Velay livre davantage d'informations mardi après-midi autour de la course-poursuite qui s'est déroulée lundi sur la RN88 entre Bessamorel et Firminy.

Deux enquêtes ont été ouvertes suite à la course poursuite qui s'est déroulée lundi soir sur la RN88 en direction de Saint-Etienne, entre un véhicule Citroën "C4" et les militaires de la gendarmerie nationale.

Un véhicule volé repéré au Puy par la police municipale

Le véhicule en question avait été dérobé à Firminy vendredi 15 novembre, soit trois jours avant les faits. Il a été identifié par un policier municipal à la sortie du Puy-en-Velay. Il était peu après 17 h 30.

Les gendarmes de la brigade de Saint-Julien-Chapteuil ont tenté d'intercepter le véhicule arrêté par la file de travaux. Les malfaiteurs ont alors forcé le contrôle à 17 h 50 en empruntant la bande d'arrêt d'urgence.

Deux coups de feu tirés

Les gendarmes du PSIG d'Yssingeaux stationnés de l'autre côté du viaduc ont tenté d'arrêter le véhicule des mis en cause quelques instants après en faisant usage de leur arme à feu "à deux reprises". Une enquête spécifique sur l'usage d'arme par un militaire a été confiée à la section de recherches de Clermont-Ferrand.

Comme nous vous l'indiquions mardi matin, le véhicule Citroën "C4" a poursuivi sa route à vive allure, malgré un pneu crevé, jusqu'à Firminy. Ville que la voiture atteint à 18 h 11 très précisément.

Ce mardi soir, le parquet du Puy révèle que "des armes et munitions ont été jetées en-dehors du véhicule au cours du périple. Elles sont en cours d'investigations".

Les occupants ont abandonné le véhicule à Firminy et n'ont pas encore été identifiés.

Les qualifications de l'enquête judiciaire

Le conducteur, qui avait déjà foncé volontairement sur les gendarmes sans les toucher, a percuté délibérément trois véhicules de gendarmerie lors de la course poursuite.

L'enquête judiciaire se poursuit en flagrance, confiée à la brigade de recherches d'Yssingeaux, sous les qualifications notamment de recel de vol, tentative d'homicide sur personne dépositaire, dégradations aggravées et mise en danger délibérée de la vie d'autrui.

Publié dans Faits divers
Page 1 sur 10