impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

logo slogan new

logo slogan new

impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

lundi, 22 février 2021 08:58

Village de l'entraide : "Ne pas rester les bras croisés à attendre que cela tombe du ciel"

Henri Durieux|| Henri Durieux|| ||

L'ancien pompier de Dunières Henri Durieux s'est mis en tête de récolter des fonds pour construire le Village de l'entraide, un village-vacances à destination des pompiers démunis, des pupilles, des familles de myopathes et du grand public.

Après avoir fait le tour de la Haute-Loire à pied en 2015, Henri Durieux s'est repositionné sur des manifestations et des appels aux dons pour tenter de convaincre les citoyens. Le projet, colossal, est estimé à 5 millions d'euros. Henri Durieux est très loin d'avoir bouclé le budget mais il continue de promouvoir son projet.

Henri, où en est le projet ?

Nous avons lancé la vidéo de présentation de notre association sur YouTube, en 2020, et nous avons été vus plus de 1000 fois (voir en bas d'article). Certains diront que ce n’est pas beaucoup, j’aurais envie de dire, que c’est mieux que rien. Cette vidéo est un outil qui nous sert à démarcher et faire découvrir notre projet à plus grande échelle.

En mars 2020, nous avions envisagé de démarcher les entreprises locales afin de leur présenter la plaquette, et surtout, notre but était de les inciter à nous suivre financièrement. Malheureusement, nous avons connu l’épisode « Coronavirus ». Nous le ferons, mais nous attendons de voir l’évolution de cette pandémie.

Dans tous les cas, il faudra réagir, nous ne pouvons pas rester les bras croisés à attendre que cela tombe du ciel.

Qu'avez-vous fait pendant le confinement ?

Nous avons réagi positivement en adhérant à l’équipe de couture pour réaliser masques et surblouses, et nous avons participé financièrement afin d’acheter une partie de la matière première. Nous avons décidé d’aider d’autres associations en achetant pour 540 € de matières premières pour la fabrication de surblouses, et 200 € pour l’AFM qui a vécu un Téléthon plutôt à la baisse. Nous devions être solidaire, c’est bien la moindre des choses.

Où en sont les finances de votre projet ?

Nous avons un bénéfice de 4 601,82 €. Au niveau finance pure, on ne va pas se le cacher, si nous continuons de rassembler 5 000 € par an, cela nous emmènera dans les années 3020 pour rassembler 5 millions d’euros. Nous devons reprendre la prospection. Malgré tout, nous en sommes sur le cumul de 6 années à 53 000 €. Cela équivaut à 1 % du projet. Je trouve que c’est bien, soyons et restons optimiste.

Quels sont les appuis que vous souhaitez ?

Nous devons à tout prix rencontrer le président de la Fédération des sapeurs-pompiers ainsi que la présidente de l’AFM.

Au niveau communal, nous aimerions rencontrer le nouveau maire de Dunières pour parler de ce projet. Suite à la campagne électorale, nous avons bien compris que notre projet ne leur paraissait pas viable, malgré tout, nous aimerions échanger à ce sujet.

Votre village-vacances sera-t-il réservé aux pompiers et familles de myopathes ?

Le village de vacances que nous voulons construire pour les sapeurs-pompiers en difficultés, pour les pupilles et pour les familles de myopathes, est notre but final. Mais ce village sera ouvert à tout public.

Ce village, c’est notre but bien sûr, mais au travers de ce projet, nous avons des messages à faire passer, des messages très importants : rendre les gens optimistes, leur redonner le goût de l’effort, rendre les gens solidaires, volontaires, généreux, économes, audacieux, dynamiques, inventifs. Nous voulons fédérer les gens autour d’un projet grandiose, pharaonique.

Ce projet créera des emplois. 100 000 euros investis maintiennent ou créent 1,3 emploi. Le fonctionnement créera des emplois directs et indirects dans notre communauté de communes. Il ne faut pas pleurer dans son coin, par contre, il faut se botter les fesses.

Nous avons imaginé construire ce village dans un arboretum ou un jardin botanique ou les deux. Nous voulons faire découvrir ou redécouvrir les bienfaits de la nature aux gens qui viendront se ressourcer dans notre région.

50 000 € sur 5 millions, vous êtes encore loin du compte...

80 000 personnes qui nous donnent 2 euros par mois pendant 3 ans et bien oui, le projet est bouclé. 2 euros représentent 2 baguettes de pain, et si ces 2 baguettes vous les coupez par 30 jours, et bien cela représente une tranche de pain par jour.

Je parle de 2 euros par mois mais des gens nous donnent 10, voire 15 euros et plus par mois et cela pour certains en virement automatique.

Que feriez-vous de l'argent en cas d'échec ?

Si ce projet venait à ne pas marcher, chose que je n’imagine pas du tout, les fonds perçus seraient redistribués : moitié pour les pupilles des sapeurs-pompiers, moitié pour l’AFM. Cet engagement nous l’avions pris en 2014.

Infos pratiques

Il est possible de faire un don en ligne en cliquant ici.

Mail : vde@villagedelentraide.fr

Voir le site internet

Voir la page Facebook

Téléphones : 06 72 99 74 00 ou 06 82 79 77 66

Partager sur :