mercredi, 28 novembre 2018 10:43

Saint-Romain-Lachalm : quatre nouvelles plateformes pour agrandir la zone de Chambaud

|| || ||

La communauté de communes du Pays de Montfaucon va faire réaliser des travaux de terrassement pour agrandir la zone de Chambaud à Saint-Romain-Lachalm et permettre à des entreprises du territoire de se développer.

Ce projet porté depuis 2015 va entrer en phase de concrétisation en 2019 avec les travaux de terrassement. Polymers et Leygatech, deux entreprises de plasturgie, à l'origine de cette zone d'activités, vont profiter de ces travaux pour développer de nouveaux projets. "C'est une zone très demandée", fait savoir Bernard Souvignet, le président du Pays de Montfaucon. "Il est important d'avoir toujours des plateformes disponibles pour éviter que les entreprises fassent le choix d'un autre territoire."

Trois agrandissements, deux installations

Une grande plateforme est pré-réservée par Leygatech dans l'optique d'un projet qui pourrait aboutir dans les trois ans à venir. JM Polymers va aussi agrandir le terrain de sa société pour disposer d'une plateforme plus grande.

Deux entreprises de Riotord vont incorporer la zone de Chambaud : il s'agit de Progeo (électricité) et Maurin (charpente bois) qui ont besoin respectivement de 4000 m2 et 8000 m2. Un troisième lot de 4 000 m2 est encore disponible.

Quant à l'entreprise de mécanique Agier, déjà positionnée sur la zone de Chambaud, une plateforme de 4 000 m2 lui sera dédiée pour s'agrandir.

Une bonne surprise

La consultation des entreprises pour la réalisation de cet agrandissement a donné une très bonne surprise : le coût du chantier avec une économie de 37 %. Estimée à 2,4 millions d'euros, l'extension va finalement coûter 1,5 million d'euros. Cette économie est surtout liée au terrassement. Moulin (Les Villettes), Bouchardon(Saint-Agrève) et SLTP (Lapte) se sont associés pour faire une première offre de 952 000 euros au lieu de 1,38 million d'euros pour l'estimation du maître d'oeuvre. Le trio a ensuite proposé une variante à 650 000 euros pour réduire le transport de terre. 18 000 camions de 10 m3 auraient été nécessaires pour la première version.

Moins cher et plus rapide

Le chantier doit débuter en février pour une période de 6 mois. Le chantier sera moins cher et plus rapide. Quant aux subventions, elles restent identiques. C'est l'auto-financement de la communauté de communes qui est réduit de façon conséquente.

Dernière modification le mercredi, 28 novembre 2018 14:25
Connectez-vous pour commenter