imprimerie pas cher

Imprimerie pas chère | Web | Boutique discount

logo slogan new

logo slogan new

imprimerie pas cher

Imprimerie pas chère | Web | Boutique discount

mardi, 29 septembre 2020 22:47

Monistrol-sur-Loire : les tarifs de l'Ozen continuent de faire des vagues

|| || ||

Malgré de vives contestations de la part d'usagers, appuyés par des élus communautaires de différentes communes, les tarifs 2020 ne seront pas révisés. Le nouveau président de la communauté de communes promet une concertation en 2021 mais la priorité est la gestion de la crise Covid.

Mardi soir, après la lecture du rapport 2019 transmis par l'ancien délégataire de l'Ozen, la question des tarifs est revenue sur la table. Luc Jamon, élu à Monistrol, a mis les pieds nus dans le plat autour de la grogne d'usagers sur les nouveaux tarifs pratiqués par Recrea depuis 2020 : "Avant, différents abonnements permettaient de bénéficier de tarifs abordables quand on fait une ou deux activités. Aujourd'hui, il faut passer par une formule Open qui n'avantage que ceux qui y vont tous les jours. Le sujet a été régulièrement évoqué pendant la campagne municipale. En février, l'ancien président des Marches du Velay-Rochebaron disait qu'un réajustement était nécessaire pour la rentrée de septembre 2020."

La collectivité tenue de respecter les engagements du marché public

Xavier Delpy, le successeur de Louis Simonnet à la tête de la communauté de communes, propriétaire de l'Ozen, justifie la situation par les élections puis le confinement. Avant d'informer : "Il n'y aura pas de modification de tarifs en 2020. D'un point de vue juridique, c'est impossible. La collectivité a pris des engagements avec le nouveau délégataire dans le cadre d'un appel d'offres très encadré."

Des tarifs multipliés par quatre

Certains tarifs ont ainsi été multipliés par quatre. Ce qui contrarie ces usagers en colère dont on ignore le nombre. "Je ne me suis pas réinscrite. Je vais ailleurs du coup", indique Sandrine Arnaud, élue à Saint-Pal-de-Mons, conseillère communautaire, qui s'exprime en tant que cliente.

Yves Braye, de Sainte-Sigolène, exprime aussi sa colère. "La consultation n'a jamais eu lieu. Y en aura-t-il à l'avenir ? On ne multiplie par un tarif par quatre comme ça du jour au lendemain !"

La crise Covid, une grosse goutte d'eau

"Vous serez concertés pour les tarifs 2021", promet Xavier Delpy qui prévient : "Le sujet de l'Ozen, on va y revenir au prochain conseil communautaire le 27 octobre sur un autre chapitre, c'est la prise en charge de la période Covid."

Jean-Paul Lyonnet reconnaît que la collectivité a les pieds et poings liés par rapport à ce marché public. "Sinon, on risque de se faire attaquer de l'autre côté par Equalia qui n'a pas été retenu. Avant, le tarif était très préférentiel, voire social. Mais il n'est pas tenable."

Partager sur :