graphiste imprimeur copy

Impression | Web | Eco Cup

logo slogan new

logo slogan new

graphiste imprimeur copy

Impression | Web | Eco Cup

mardi, 28 janvier 2020 12:48

Monistrol-sur-Loire : les enseignants du collège du Monteil de nouveau en lutte

||||| ||||| |||||

Déjà en colère contre la réforme des retraites, les professeurs du collège public du Monteil à Monistrol-sur-Loire couplent leur grogne avec la défense des acquis au sein de leur établissement. Une classe, la CHAM et la section sportive sont en sursis.

Le collège public de Monistrol-sur-Loire, qui accueille 700 élèves, voit sa dotation horaire globale (DHG) amputée pour la rentrée 2020. Elle passerait de 814 heures à 785 heures, 29 heures de moins qui équivalent à une classe. "Quasiment toutes les divisions auront des classes à plus de 30 élèves. Le tiers des classes ont des élèves à besoins particuliers. Dans ces conditions, ce ne sera pas possible d'individualiser. On est là pour transmettre mais notre institution est déconnectée et ne regarde que les chiffres. Notre ministre fait des effets d'annonce mais sur le terrain, on constate l'inverse", indique Thomas Brouillet, professeur de physique et représentant SNES au collège.

La section foot et la classe musique en sursis

Outre la perte d'une classe, la section sportive qui existe depuis 27 ans et compte 30 élèves, et la CHAM musique, sont menacées. Les deux heures financées pour le foot et les 4 heures pour la musique ne sont pas pourvues.

"Il faut savoir quel service public on veut. On se bat pour un service public de qualité et on veut maintenir des conditions d'enseignement dignes. On se dirige vers un service délabré, ceux qui auront les moyens auront davantage d'options."

Deux manifestations cette semaine

Ce mardi midi, des enseignants, des personnels, des parents se sont retrouvés devant le collège du Monteil pour accrocher une banderole et manifester leur opposition. Certains manifesteront mercredi au Puy (il est prévu de passer devant l'Inspection académique) et jeudi à Monistrol au côté du lycée Léonard-de-Vinci. D'autres actions sont à l'étude, notamment pour les portes ouvertes.

"Si la directrice de l'inspection académique veut nous rencontrer, elle sait où nous trouver. Je suis sur mon lieu de travail", termine Thomas Brouillet qui ne compte pas demander une audience au Puy-en-Velay.

Dernière modification le mardi, 28 janvier 2020 13:58
Connectez-vous pour commenter