mardi, 01 octobre 2019 11:29

Bas-en-Basset : les salariés de Bonna Sabla bloquent leur entreprise

||| ||| |||

Depuis mardi matin, 100 % des salariés de Bonna Sabla à Bas-en-Basset sont en grève. Ils craignent la fermeture de leur société appartenant à un fonds de pension américain.

Il est loin le temps de la société familiale, créée en 1963 à Bas-en-Basset, sur la route d'Aurec-sur-Loire, qui portait alors le nom de Sobepre.

En 1992, l'entreprise a été rachetée. Et depuis trois ans, un fonds de pension américain, Bain Capital, tient les rênes du groupe. Le site de Bas-en-Basset est l'un des 27 sites français et compte 46 salariés ainsi qu'une bonne dizaine d'intérimaires. A Bas, l'usine est spécialisée dans l'aménagement urbain. Bonna Sabla se présente comme le leader national des produits en béton préfabriqué. Les ouvriers bassois ont ainsi travaillé pour l'aménagement du tramway de Caen, Avignon ou encore Bordeaux.

Fin du PSE le 8 octobre

Mais depuis juin, un Plan de sauvegarde de l'emploi a été ouvert et doit se refermer le 8 octobre. Il concerne cinq sites dont Bas et prévoit le licenciement de 300 personnes. "D'ici le 8 octobre, soit la société retrouve un repreneur, soit tout s'arrête", résume Eric Chabrier, délégué Force Ouvrière à Bas.

"On ne dispose d'aucune garantie quant à l'avenir de l'entreprise. On veut des réponses et on espère que cette grève permettra de faire réagir la direction."

En cas de non reprise, les 46 salariés pourraient subir des départs échelonnés jusqu'au printemps 2020.

La position de l'entreprise Bonna Sabla

Le service communication de Bonna Sabla évoque des pistes pour une reprise de l'entreprise. "La direction recherche activement une solution de reprise. On ne veut pas agiter de faux espoirs. Des pistes sérieuses sont étudiées, sans préjuger des perspectives. Les négociations se font discrètement, on ne peut pas en faire la publicité. On comprend la frustration des salariés mais on ne pourra communiquer que lorsque ce sera conclu. Et si les discussions n'aboutissent pas, on envisage de fermer. Bonna Sabla a toujours été responsable dans l'accompagnement social. L'activité subit une conjoncture défavorable. On connaît une baisse des investissements publics. Cette branche est structurellement déficitaire et nécessite une modernisation qui passerait par des investissements."

Dernière modification le mardi, 01 octobre 2019 13:55

Partager sur :