Gobelets ecocup

mardi, 09 juillet 2024 16:32

Le Chambon-sur-Lignon : "Le Combat de Varian Fry", une puissante exposition estivale au Lieu de mémoire

|||||||||||||||| |||||||||||||||| ||||||||||||||||

Jusqu'au 19 octobre, avec "Treize mois pour sauver les artistes", le Lieu de mémoire au Chambon-sur-Lignon invite à découvrir un combat incroyable mené par un jeune Américain formidable pour aider, alors que le Troisième Reich est à son zénith, des artistes et intellectuels antinazis, à obtenir un visa pour l'espoir.

L'accrochage estival du Lieu de mémoire raconte cette histoire peu connue, invitant à découvrir un sacré bonhomme, Varian Fry (1907-1967), en mettant en face des œuvres, pour la grande majorité jamais montrées au grand public, issues de collections privées.


Seize personnalités

On croise ainsi parmi la kyrielle de personnes ayant bénéficié de son efficace mobilisation, 13 artistes Jean Arp, Hans Bellmer, Victor Brauner, André Breton, Marc Chagall, Frédéric Delanglade, Oscar Dominguez, Max Ernst, Jacques Hérold, Wifredo Lam, Jacqueline Lamba, Roberto Matta, et Sophie Taeuber-Arp, ainsi que deux auteures Hannah Arendt, Anna Seghers et la pianiste, compositrice, Wanda Landowska.


Des visites guidées avec la commissaire d'exposition

Emmanuelle Polack, commissaire de l’exposition, sera présente cet été pour quelques visites guidées. Cette historienne de l'art est spécialiste du marché de l’art sous l’Occupation et des recherches de provenance des œuvres volées lors de la Seconde Guerre mondiale. Passionnée et passionnante, ne cachant pas son lien intime et familial avec la Shoah, on vous invite à guetter son passage au Lieu de mémoire.


Un élégant journaliste américain sur la Canebière

Voilà comment elle parle de cette exposition infiniment réussie de notre point de vue, bénéficiant d'une muséographie épatante à mettre à l'actif de Marie Deparis-Yafil : "Lors de l’été 1940, on observe sur la Canebière à Marseille la présence d’un élégant journaliste américain diplômé de Harvard. Varian Mackey Fry, un homme totalement libre et engagé, avec une maîtrise certes aléatoire du français, abandonnant sans hésiter son confort bourgeois, est mandaté par l’Emergency Rescue Committee (Comité de sauvetage d’urgence)."


Sans illusion

"La France, patrie des droits de l’Homme, peut-elle, selon les termes de l’article 19 de la déclaration d’Armistice du 22 juin 1940 « livrer sur demande tous les ressortissants allemands désignés par le gouvernement du Reich qui se trouveront en France ou dans les possessions françaises » ? Varian Fry est sans illusion, ayant eu, dès 1935, à l’occasion d’un reportage à Berlin, une connaissance intime des exactions perpétrées envers les Juifs."


Deux riches héritières mécènes

"Avec une liste des personnalités menacées dans l’Europe hitlérienne, 3 000 dollars en poche, et le soutien moral de la First Lady, Varian Fry se jette corps et âme dans un combat qui s’étendra sur treize mois pour arracher à une mort certaine des antinazis, des réfugiés juifs allemands, autrichiens, polonais, tchèques ou français. Depuis la signature de l’Armistice, la cité phocéenne est une des principales villes portuaires à offrir une fenêtre sur la Méditerranée et devient, en quelque sorte, une salle d’attente de l’exil pour les artistes et les intellectuels fuyant le nazisme. Il met en place les bases d’un Centre américain de secours (CAS), s’entoure de collaborateurs dévoués à la cause et use de tous les stratagèmes pour extraire de l’enfer les proscrits du nazisme et des lois de Vichy. Son action humanitaire sera mécénée par deux riches héritières : Mary Jayne Gold et Peggy Guggenheim.


Selon la logique d’un abécédaire

L’exposition "Treize mois pour sauver les artistes" présente quelques parcours d’artistes et d’intellectuels, juifs et antinazis, dans leur matérialité et dans leur singularité, mais dont le dénominateur commun est d’avoir eu la chance de rencontrer Varian Fry à Marseille entre 1940 et 1941. Le choix de l’exposition est de présenter le parcours des artistes selon la logique d’un abécédaire. Chaque personnalité est mise en avant par l’exposition d’une ou plusieurs de ses œuvres. Elle prend place dans le cadre du centième anniversaire de la publication du Manifeste du surréalisme.


Des honneurs tardifs

Varian Fry a été globalement peu distingué de son vivant pour ces actions décisives, hormis quelques mois avant son décès en avril 1967 par la France le nommant chevalier de la Légion d'honneur. Il a été le premier Américain à qui le titre de "Juste parmi les Nations" a été décerné, en 1996. "Treize mois pour sauver les artistes" participe à une indispensable mise en lumière de Varian Fry. Et ce parcours singulier, inspirant, a trouvé un écrin idéal au centre muséal du Chambon-sur-Lignon qui a l'heureuse habitude de relancer sa fréquentation estivale par une exposition temporaire volontiers tournée vers l'art.


Infos pratiques

Lieu de mémoire au Chambon-sur-Lignon, 23 route du Mazet tél. 04 71 56 56 65

Du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures en juillet et août

Du mardi au dimanche de 10 heures à 12 h 30 et de 14 heures à 18 heures en septembre

Du mercredi au samedi de 14 heures à 18 heures en octobre

Tarifs : 7 €, réduit et tarif groupes 5 € Gratuit pour les moins de 10 ans

Dernière modification le mardi, 09 juillet 2024 19:51

Partager sur :