vendredi, 09 août 2019 18:18

Un concert exceptionnel d'Hélios Azoulay samedi au Chambon-sur-Lignon

Hélios Azoulay|| Hélios Azoulay|| Photo Catherine Dente||

Un événement à ne pas manquer samedi 10 août à 18 h 30 au temple du Chambon-sur-Lignon. Est donné « L'enfer aussi a son orchestre » par Hélios Azoulay à l'initiative des Amis du Lieu de mémoire.

Ce concert vient en point d'orgue de la Marche de la mémoire (lire l'article) mais il est tout à fait possible de n'assister qu'au concert.

Hélios Azoulay (compositeur, clarinettiste, homme de scène, conférencier, romancier), directeur musical de l’Ensemble de Musique Incidentale, interprète, depuis 10 ans, les musiques composées dans les camps de concentration, explorant toutes les formes musicales, de la berceuse jusqu’à l’opéra.

Pour évoquer cet artiste atypique et ce spectacle qui l'est tout autant "L'enfer aussi a son orchestre", il est plus simple de citer quelques unes des plumes spécialisées qui les encensent.

Ainsi Benoit Duteurtre pour Marianne estime "Hélios Azoulay se place dans le sillage de l'Anthologie de l'Humour noir d'André Breton."

D'Ariane Chemin du Monde : "Ce n'est pas exactement un concert, pas vraiment une pièce, ça ne ressemble à rien de connu, c'est triste et drôle à la fois, car Hélios, grand clarinettiste mais aussi savant comédien, vient nous prendre par la main quand les larmes guettent."

D'Anne Berthod de Télérama ceci : "fils caché de Duchamp et de Chaplin, l’inclassable clarinettiste donne vie aux "musiques d’outre-monde" dans un stand-up mélomane et provocateur, fantasque et poignant".

Franck Mallet de Classica salue cet "esprit libre, voire libertaire."

Albert Algoud sur France Inter assure "Si l’Internationale Situationniste est encore en vie, c’est à travers Hélios Azoulay."

Thierry Clermont dans Le Figaro : "Il y avait Erik Satie, John Cage, Hoffnung. Aujourd'hui, Hélios Azoulay fait encore mieux."


Libre participation

Connectez-vous pour commenter