dimanche, 09 juin 2019 14:16

Le Chambon-sur-Lignon : une conférence sur Jean Zay dimanche 16 juin

Jacky Henry|| Jacky Henry|| Photo La Commère 43||

Dimanche 16 juin, à 17 heures, la librairie-bar à vins L'Arbre Vagabond à "Cheyne" au Chambon-sur-Lignon accueille une conférence de Jacky Henry sur Jean Zay.

L'historien, collaborateur des Cahiers de l'Institut d'Histoire Sociale de la Loire, qui partage sa vie entre Loire et Haute-Loire, est un familier de L'Arbre Vagabond. On se souvient qu'il avait planché sur Jean Jaurès, sur le Front populaire, rassemblant une assistance nombreuse sur ses causeries.

Cette fois, Jacky Henry s'attachera à éclairer Jean Zay (1904-1944), une personnalité hors du commun, peu médiatisée au demeurant hormis lorsque ses cendres avaient rejoint le Panthéon avec celles de Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette en mai 2015.

L'intervention est intitulée "Jean Zay ce grand homme demeuré méconnu." Le conférencier livrera un portrait d’un illustre serviteur de la République, de l’Éducation, de la Culture et de la Recherche à qui l'on doit des institutions, des structures, des manifestations qui perdurent aujourd'hui.


Ministre du Front populaire... assassiné par la Milice française

En 1932, Jean Zay, jeune avocat au barreau d’Orléans, est élu député radical du Loiret. En 1936, à 32 ans, il se voit confier par Léon Blum le ministère de l’Education nationale et des Beaux-Arts. Il démocratise et modernise le système scolaire français. Il crée le CNRS, le musée de l’Homme, le festival de Cannes, le musée d’Art moderne et l’ENA. Il favorise la création artistique. Il défend les droits des écrivains.

Il est sans relâche violemment attaqué par l’extrême-droite française comme ministre du Front populaire, antimunichois, Juif et franc-maçon. En 1940, hostile à l’Armistice, il est l’une des premières cibles du régime de Vichy. Après un simulacre de procès, il est emprisonné jusqu’à son assassinat par la milice française, le 20 juin 1944. Il a 39 ans.

Entrée libre

Connectez-vous pour commenter