Gobelets ecocup

lundi, 20 juin 2022 17:25

Saint-Ferréol-d'Auroure : le comité FNACA en ordre de marche

|| || ||

Après un long purgatoire imposé par un sinistre virus qui interdisait ou déconseillait les réunions, le comité FNACA de Saint-Férréol -Pont-Salomon a décidé de reprendre ses activités et son planning habituel.

Et pour préparer la saison 2022/2023,les responsables avaient organisé des retrouvailles autour d'une bonne table au restaurant Les 2 Coqs, à Bas-en-Basset. 45 participants avaient répondu présents : les anciens d'AFN et leurs épouses ainsi que les veuves d'anciens combattants. A noter que le féminin l'emportait de plusieurs longueurs sur le masculin. 


Des retrouvailles toujours appréciées

Si la pandémie les avait contraints à rester souvent confinés, le bavardage habituel a vite repris ses droits. Tout d'abord avec une pensée pour celles et ceux qui ne viendront plus et aussi pour celles et ceux retenus provisoirement par des ennuis de santé. Chacun sait que la FNACA est une une grande famille où le mot amitié s'écrit, se conjugue et se pense en lettres majuscules. Les responsables du comité préparent déjà le programme de la prochaine saison avec des retrouvailles toujours appréciables et appréciées. 

"Tu n'as pas changé"...

Après les mots d'usage et de bienvenue encourageants "Tu n'as pas changé" pour reprendre le refrain d'un chanteur bien connu, tous les thèmes ont ont été abordés depuis les potins communaux, les petits soucis des uns et des autres sans oublier l'actualité, une actualité inquiétante, même si on veut garder son optimisme naturel. Curieusement les 30 mois passés de l'autre côté de la Grande bleue sont restés dans l'armoire à secrets des anciens d'AFN.


"Plus jamais ça"...

Ils avaient espéré qu'à leur retour, le mot guerre serait retiré du dictionnaire. "Plus jamais ça", une expression des milliers de fois entendues lors des cérémonies du 19-Mars a perdu, hélas, sa crédibilité. L'actualité démontre que l'indifférence a gagné du terrain. Mais malgré tout, leur optimisme mesuré laisse espérer que que les jeunes et moins jeunes générations ouvriront souvent les pages d'une histoire particulière qui aujourd'hui, en 2022, est loin de laisser indifférent.

"Si l'on pouvait arrêter les aiguilles"

Tous et toutes formulent un souhait bien traduit dans un vieux refrain bien connu : "Si l'on pouvait arrêter les aiguilles...".

Partager sur :