vendredi, 08 février 2019 09:23

Saint-Didier-en-Velay : le personnel de l'Ehpad Vellavi formé à "l'humanitude"

||Karine Demore, directrice adjointe de l'Ehpad Vellavi|| ||Karine Demore, directrice adjointe de l'Ehpad Vellavi|| ||||

La maison de retraite de Saint-Didier-en-Velay vient d'adopter de nouvelles méthodes de travail pour valoriser la bientraitance. Tout le personnel sera formé en 2019 aux techniques de l'Humanitude avec l'objectif à terme d'obtenir un label.

Les Ehpad se transforment et les personnels s'adaptent aux évolutions. A Saint-Didier-en-Velay, sous l'impulsion de la directrice adjointe Karine Demore arrivée en 2018, le personnel a adhéré au projet d'humanitude. Une petite révolution pour les 90 soignants de l'Ehpad Vellavi qui ont déjà bénéficié ou vont bénéficier de 4 jours pour tout savoir.

Concevoir la chambre comme le domicile

Parce que les familles préfèrent la prise en soin plutôt que la prise en charge, les méthodes d'intervention doivent changer. "Il faut garder à l'esprit que les rôles pourraient être inversés", estime une infirmière désidérienne. A Saint-Didier, 97 résidents sont à l'Ehpad. Vellavi dispose aussi de 8 places pour une unité de personnes handicapées vieillissantes.

De façon concrète, l'Humanitude s'appuie sur trois piliers de communication que sont le regard, la parole et le toucher. C'est concevoir la chambre du résident comme un espace privé, c'est demander avant d'entrer, c'est poser la question de savoir ce que le pensionnaire veut prendre au petit-déjeuner plutôt que de lui imposer. "Regarder le résident dans les yeux, c'est lui montrer qu'il existe", ajoute encore cette infirmière.

Un label d'ici 3-5 ans

"Grâce à l'humanitude, tout le monde aura les mêmes pratiques, le même langage. C'est un changement radical dans la façon de travailler mais les équipes sont engagées et impliquées", apprécie Karine Demore.

D'ici 3 à 5 ans, l'Ehpad public de Saint-Didier espère pouvoir convenir à l'obtention du label. 350 points sont à valider. "Dans le H de Ehpad, on veut que ce soit l'idée d'hébergement et non d'hôpital."

Une nouvelle organisation pour faciliter le sommeil

Via ce concept d'humanitude, l'Ehpad a travaillé autour de la question du sommeil. La restauration et l'animation suivront ultérieurement. Le Dr Régine Durand, médecin coordonnateur, donne quelques pistes. "On a repoussé la prise de médicaments et on s'est rendu compte que certains résidents n'avaient plus forcément besoin de médicament pour dormir. On a baissé la consommation et j'espère qu'on va continuer. Des tisanes sont également en libre-service dans les salons."

Dernière modification le vendredi, 08 février 2019 09:44
Connectez-vous pour commenter