samedi, 20 janvier 2018 09:36

Sainte-Sigolène : les travaux de la Résidence Sigolène seront terminés au 2e semestre

Lucien Faverge, directeur, et René Durieu, président|Lucien Faverge, directeur, et René Durieu, président, entourent soeur Marinette, la soeur supérieure|||||| Lucien Faverge, directeur, et René Durieu, président|Lucien Faverge, directeur, et René Durieu, président, entourent soeur Marinette, la soeur supérieure|||||| |||||||

Depuis 2015, un chantier conséquent est lancé à l'Ehpad de Sainte-Sigolène. Les résidents pourront intégrer le nouveau bâtiment de la Résidence Sigolène avant la fin de l'année.

Pour Lucien Faverge, directeur de la Résidence Sigolène, l'Ehpad continue de défendre les valeurs prônées par les créateurs de l'hospice de Sainte-Sigolène en 1825. A l'époque, le lieu était destiné à accueillir "les malades, les orphelines et les nécessiteux", à l’initiative de la paroisse de Sainte-Sigolène et de la congrégation des Sœurs du Christ. Une mission qui s'est élargie au fil du temps via un service de soins à domicile et l'accueil des personnes âgées en fin de vie.

Une collaboration entre laïcs et religieuses

En 1966, une association s'était créée pour construire une maison de retraite. Le projet avait abouti en 1971 avec 50 places, s'ajoutant ainsi aux 30 places de l'hospice. "Les laïcs ont décidé d'accompagner les religieuses", résume Lucien Faverge alors que l'ancien hospice a été transformé en maison de retraite des sœurs aînées en 1994.

Quinze résidents à reloger en 2015

Le bâtiment de 1971 est devenu obsolète et l'association a décidé de le raser pour en construire un neuf. Pour reloger temporairement les 15 résidents qui logeaient dans ce bâtiment, l'Ehpad a installé des locaux modulaires dans le parc. Une solution coûteuse et contestée à ses débuts mais qui permet le maintien de l'emploi et des capacités d'accueil.

Des chambres de 22 m2 minimum

Le nouveau bâtiment va permettre de loger 22 résidents dans des chambres de 22 m2 minimum et disposera d'une salle à manger, d'un pôle d'activités, d'une blanchisserie, de l'accueil de jour, de salles de réunion. "On va repenser l'organisation des résidents en fonction des pathologies", signale Lucien Faverge, directeur de l'Ehpad qui emploie 70 personnes et dispose d'une importante Unité Alzheimer depuis 1994.

Un projet à 5 millions d'euros

Ce projet de 5 millions d'euros fait la part belle au développement durable. Outre la charpente bois, le toit sera végétalisé et des panneaux solaires seront installés pour fournir l'eau chaude. "On a fait 143 réunions de chantier depuis deux ans. Tout devrait être fini au 2e semestre", annonce René Durieu, président de l'association gestionnaire. A Sainte-Sigolène, le coût est de 52 euros (avec le tarif dépendance), "l'un des moins chers de Haute-Loire".

Dernière modification le mardi, 23 janvier 2018 21:48
Chambon été 2018 Levinas

Articles associés