graphiste imprimeur copy

Impression | Web (vente en ligne) | Gobelet

logo slogan new

logo slogan new

graphiste imprimeur copy

Impression | Web (vente en ligne) | Gobelet

mercredi, 25 mars 2020 15:44

Chambon-sur-Lignon : un chef cuisinier critique les promesses d'aides

|| || ||

Adrien Duplanil, restaurateur au Chambon-sur-Lignon, s'agace des effets d'annonce suite à la fermeture des bars et restaurants. Le chef de l'Epicurien est perplexe.

Alors que l'Etat et la Région ont communiqué autour des mesures d'aides pour les entreprises, artisans, commerçants, Adrien Duplanil réagit et apporte son témoignage. "Concernant les fonds d'aide mis en place pour aider les entreprises et relancer l'économie, il y a déjà eu beaucoup d'annonces à ce sujet. Mais à l'heure actuelle, on en voit toujours pas la couleur, pas de formulaire ni d'explication pour en bénéficier. C'est à se demander si ça va bien avoir lieu."

Quant au contrat d'assurances, alors que de nombreux chefs se sont affichés sur les réseaux sociaux pour demander aux assurances d’appliquer la perte d’exploitation prévue aux contrats et au gouvernement de déclarer l’état de catastrophe naturelle sanitaire, le Chambonnais est désabusé. "Je viens de m'entretenir avec mon assureur, qui m'a clairement fait comprendre que la perte d'exploitation n'était pas applicable pour une pandémie. Donc même de ce côté, aucune aide ni ressource pour remonter la pente. De plus, mon assureur m'explique qu'un fond de solidarité entre les assureurs et l'État va être créé mais ils ne savent ni quand, ni comment, cela va être appliqué. Il a ajouté qu'il se pourrait que les fonds soient débloqués après le confinement. Alors je m'interroge : en quoi cela va aider les commerçants d'obtenir des aides une fois qu'on aura tous repris nos activités ?"

"Et par-dessus tout, la seule option immédiate proposée est le prêt à taux zéro. Donc pour nous sortir de l'impasse et relancer l'économie, ils nous suggèrent de nous endetter encore plus. Ce qui veut dire qu'ils ne nous aident pas en réalité. S'il faut contracter un prêt, c'est nous qui nous aidons nous-mêmes en nous endettant davantage. Je vois pas trop la logique là."

Antiquaire brocante Montalant

Partager sur :