vendredi, 22 février 2019 10:00

Le Chambon-sur-Lignon : l'idée de salarier un médecin est lancée

Photo d'illustration.|| Photo d'illustration.|| ||

La prise de décision de préempter un local pour une future maison de santé a permis une réflexion sur le maintien de la couverture médicale sur le territoire.

Jeudi soir, au conseil municipal du Chambon-sur-Lignon, le maire Eliane Wauquiez a informé le conseil de sa volonté de préempter (au prix de 61 000 euros) le local de 80 m2 au rez-de-chaussée de l'immeuble 22 rue de Saint-Agrève pour y créer une maison de santé.

Cette question a surtout permis une réflexion sur l'avenir de l'offre de soins dans la commune. En effet, pour pouvoir être éligible à diverses aides au financement permettant de limiter le coût direct par la collectivité de cet équipement, il est indispensable que deux médecins a minima soient partants pour y loger leur cabinet.

Or, pour l'heure, ce n'est pas le cas au Chambon. Sur les trois généralistes en place, un seul, le Docteur Pierre Ducarre, est intéressé. Du coup, il y a une certaine urgence à convaincre un nouveau praticien à venir s'installer.


Médecin salarié, télémédecine

Eliane Wauquiez-Motte, dans un échange ouvert, a fait un tour d'horizon du sujet. Elle a en particulier présenté l'idée de salarier un médecin, une possibilité de plus en plus envisagée par les collectivités. Elle a fait écho d'une expérience menée depuis deux ans en Saône-et-Loire. Dans ce dispositif porté par le Département, 35 médecins se déploient en fonction des besoins. Les salaires vont de 4 000 à 7 000 euros pour 35 heures de travail.

Le maire a pris l'attache du directeur de l'hôpital Emile-Roux au Puy-en-Velay qui lui a assuré que plusieurs jeunes médecins seraient prêts à travailler sous ce statut.

L'autre piste lancée, complémentaire, pour renforcer l'offre de soins, est celle la télémédecine, qui nécessite un appareillage et un investissement très légers.


Ailleurs aussi...

La question du maintien de l'offre de soins revient régulièrement dans les préoccupations des élus du territoire, ainsi à Tence où l'idée de salarier un médecin généraliste est une solution également envisagée (lire ici), comme à Saint-Agrève où l'emploi de secrétaires médicales a été actée au conseil du jeudi 21 février (lire ici).

Dernière modification le samedi, 23 février 2019 07:48
Connectez-vous pour commenter