impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

logo slogan new

logo slogan new

impression pas cher

iBiz® | Design | Web | Imprimerie en ligne

mercredi, 07 avril 2021 11:50

Les policiers du Puy font d'une pierre deux coups

Photo d'illustration|| Photo d'illustration|| ||

Les policiers du Puy-en-Velay indiquent avoir interpellé deux individus qui devaient purger des peines de prison.

Le 18 mars dernier les enquêteurs de la sûreté urbaine se rendaient au domicile d'un individu à Brives-Charensac aux fins d'interpellation pour des faits de recel de vol.

Ils procédaient également à l'interpellation d'un second individu présent sur place, lequel était recherché par le service pour une exécution de peine de prison.

Ramené au commissariat, il faisait l'objet d'une mesure de rétention judiciaire.

Après son audition, le mis en cause, un homme de 45 ans, était conduit devant le magistrat de permanence qui ordonnait son transfert à la maison d'arrêt du Puy où il doit y purger une peine de 6 mois de prison pour violence avec usage ou menace d'une arme suivie d'incapacité n'excédant pas 8 jours.

Trois ordres d'écrou pour un Mahorais

Le 31 mars, les policiers procédaient au contrôle de trois individus impasse Waldeck-Boudignon au Puy. Parmi eux se trouvait un Mahorais recherché pour pas moins de 3 ordres d'écrou.

Ce Français de Mayotte, né en 1991 à Mamoudzou, était interpellé et ramené au service pour être placé en rétention judiciaire.

Il dégradait la salle de rétention en portant des coups de pieds sur les murs en placoplâtre, vociférait, ne voulant plus voir d'avocat comme il en avait le droit, voulant être conduit directement en prison.

Dans ces conditions, les autorités judiciaires décidaient d'accéder très rapidement à sa requête et le magistrat de permanence ordonnait son transfert à la maison d'arrêt du Puy où il doit y purger une peine au total de 18 mois d'emprisonnement pour d'une part une affaire de violence avec usage ou menace d'une arme suivie d'incapacité supérieure à 8 jours (10 mois), d'autre part une destruction du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes (2 mois) et enfin une autre affaire de violence avec usage ou menace d'une arme suivie d'incapacité supérieure à 8 jours (6 mois).

Partager sur :