mardi, 08 janvier 2019 21:27

Achat de l'usine Cheynet à Saint-Just-Malmont : "Si c'était à refaire, on le referait"

||||| ||||| |||||

A l'occasion de ses voeux mardi soir, Frédéric Girodet, le président de Loire Semène, a notamment évoqué la situation de l'entreprise Cheynet, assumant la décision d'acheter l'immobilier de l'entreprise en 2018.

Le sujet ne pouvait être éludé pour ces voeux du président de la communauté de communes. La collectivité a la compétence économique et en ces temps difficiles au sein de l'entreprise Cheynet, le maire de Saint-Just-Malmont et président de Loire Semène a réaffirmé son soutien et surtout la pertinence du choix d'acheter il y a un an l'immobilier de la rue du Fau.

Après avoir loué les efforts des différents partenaires publics pour boucler le plan de financement en trois mois, il a revendiqué ce choix d'acheter les murs. "Ceux qui critiquent n'ont rien compris. S'il fallait le refaire, on le referait. Faut-il rappeler la déconvenue d'autres sites industriels gérés par un administrateur dont le développement économique ne fait pas partie de ses priorités. LST à Aurec et la cartonnerie du Crouzet à Saint-Didier ont été pillés et ont perdu toute utilité."

"Demain sera beau même s'il est imparfait"

"La principale richesse de Cheynet est son savoir-faire et ses salariés. On est dans l'attente d'une proposition de reprise avant le 15 janvier pour aller de l'avant et écrire une nouvelle page d'histoire."

Et au moment de conclure son propos, Frédéric Girodet a repris le dernier couplet d'un poème envoyé par Michel Januel, ancien maire de Sainte-Sigolène : "Il est temps, maintenant, de quitter le passé. Pour construire un présent qui saura me donner Des envies de futur et le droit d'espérer Que demain sera beau, même s'il est... imparfait."

Dernière modification le mardi, 08 janvier 2019 22:06
Connectez-vous pour commenter