Gobelets ecocup

jeudi, 17 février 2022 15:59

Saint-Agrève : le projet de fusion des conventions collectives mécontente l'hôpital de Moze

|||| |||| ||||

Suite au projet de fusion des conventions colllectives nationales 51 et 66, le syndicat CGT de l'hôpital de Moze appellait jeudi les salariés à se mobiliser devant l'établissement à Saint-Agrève.

Une poignée de personnes ont participé au rassemblement jeudi après-midi. Pour le syndicat CGT, ce projet de fusion des conventions collectives est "un chantage gouvernemental et patronal inacceptable, un véritable coup de force contre les salariés et les syndicats. Une véritable attaque frontale qui remettrait en cause plus d’un demi-siècle de nos conquis sociaux gagnés par les luttes. Le projet reprend la logique des lois travail, à savoir casser au maximum les garanties collectives au niveau national pour les ramener à des négociations entreprise par entreprise, où le rapport de force est forcément plus défavorable aux salariés".

La direction de l'hôpital apporte aussi son éclairage et ses craintes : "La convention collective 51 FEHAP encadre les relations du travail au sein de l'hôpital de MOZE depuis plusieurs dizaines d'années. Récemment, le sujet d'une fusion de cette convention avec celle de NEXEM (CCN66) a été imposé par le gouvernement, à défaut le manque de reconnaissance financière par l'Etat des établissements sanitaires et médico-sociaux à but non lucratif risquerait de se poursuivre. Cela apparait très injuste puisque que la qualité des services rendus par nos établissements de santé à but non lucratif est unanimement reconnue. L'hôpital de Moze a ainsi obtenu la meilleure note dans le cadre de la dernière certification et a aussi été récemment distingué parl'ARS pour ses très bons résultats visant à l'amélioration de la qualité et de l'efficience des soins."

Elle ajoute : "Dans ce contexte national, la FEHAP insiste sur plusieurs points conditionnant la réussite de la démarche vers une convention collective unifiée. Elle demande notamment "un engagement financier de l'Etat afin d'accompagner l'évolution des métiers et leur attractivité, ainsi que la reconnaissance par l'Etat de la place et du rôle de notre secteur face aux enjeux de santé et de solidarité de notre Nation."

"Les précédentes évolutions de la convention collective 51 ont malheureusement entrainé des suppressions de certains avantages sociaux. Aussi nous resterons très vigilants à ce que cette réforme vienne bien renforcer l'attractivité des métiers de nos établissements à but non lucratif. Pour cela il faudrait absolument que des moyens financiers suffisants soient attribués au secteur de la santé et qu'ils soient répartis de façon équitable entre secteur public et secteur à but non lucratif."

Partager sur :