graphiste imprimeur copy

Imprimerie | Web (ex : charcuterie en ligne)

logo slogan new

logo slogan new

graphiste imprimeur copy

Imprimerie | Web (ex : charcuterie en ligne)

mardi, 14 juillet 2020 09:22

Le rappeur Seven a utilisé Saint-André-en-Vivarais pour son nouveau clip

|||||||||||| |||||||||||| ||||||||||||

Antoine Vasseur, alias Seven et bientôt James Loup, a tourné début juillet les images de son nouveau clip à Saint-André-en-Vivarais, dans le village de son adolescence.

Après un début de parcours au sein du collectif lyonnais le Narcollectif, Seven, jeune artiste de 22 ans originaire de Paris, a sorti son premier EP "Je Veux" en mai 2019. Avant la musique, c'est dans la vidéo qu'il s'émancipe en réalisant et auto-produisant des courts métrages, puis des clips, pour des rappeurs de son collectif.

Nouveau projet, changement de nom

Après s'être approprié la mécanique, il réalise ses propres clips.  À travers une musique introspective, Seven relate ses états d'âme sur des instrumentales planantes allant de la mouvance « cloud rap », jusqu'à la musique électronique.

Cet autodidacte sort son prochain projet "Lui" en septembre 2020 avec dix titres produits par Loo & Placido et Johan Putet. Pour l'occasion, il changera aussi de nom d'artiste en prenant ses deux autres prénoms comme pseudonyme : James Loup.

Un clip prévu en août

Pour le clip de ce nouveau projet, Antoine Vasseur a choisi de tourner en Ardèche et plus précisément Saint-André-en-Vivarais où vivent ses parents. Le morceau s'appelle "Le type dans le reflet" et il sortira courant août. "C'est l'histoire d'une rupture amoureuse, mais aussi d'une rupture avec l'image que Seven donne aux autres et se donne à lui même. L'histoire d'un couple qui se déchire à bord d'une Cadillac sur les routes sinueuses de l'Ardèche profonde."

Une Cadillac de 1975 dans le clip

"Nous sommes partis avec une équipe de 10 personnes pour tourner pendant 4 jours sur le plateau du Vivarais. Malgré la pluie et les aléas d'un tournage de road trip sur les route, nous sommes parvenus à en tirer de magnifiques images. Lors des repérages, nous avons rencontré Antoine de Cavroy du château de Montivert, il nous a prêté une Cadillac de 1975, un plateau et un 4x4 pour tracter la voiture. C'est l'homme qui nous a permis de réaliser ce projet fou. C'est un peu le parrain du projet. On a prévu de faire une projection en avant-première sur Saint-André en août-septembre.

Partager sur :