Afficher les éléments par tag : mission locale yssingeaux

Plus d’une cinquantaine de participants étaient présents jeudi soir à la projection-débat organisée, au cinéma d'Yssingeaux, par la Mission locale du pays de la Jeune Loire sur le thème du recrutement et de la compétence.

Après une introduction du président de la Mission locale Yves Braye et de Judith Graille référente du projet, de courtes interviews de jeunes et d’employeurs ont été projetées pour lancer les débats.

Une première table ronde animée par Christophe Bouyer a réuni Xavier Curat (Ehpad de Tence), François Vérot (Ehpad des Cèdres), Didier Fournel (pépiniériste), Valérie Cartignies (Mission locale) et Florine, une jeune fille suivie en Mission locale, pour échanger sur la compétence et le savoir-être.

Les difficultés de recrutement dans les Ehpad et l’image des métiers ont notamment était soulignées. Des débats vifs mais intéressants ont permis de faire ressortir des axes d’amélioration comme la façon de se présenter face à un employeur ou encore l’accompagnement d’un salarié lors de ses premiers pas en entreprise.

La seconde table ronde a permis à Delphine Souvignet (ASAD), Christophe Erpelding (Pôle emploi), Rémy Delbarre (Mission locale) et Benjamin un jeune accompagné par la Mission locale d’apporter leur éclairage sur les techniques de recrutement actuelles. Les acteurs de l’emploi ont mis l’accent sur les manières de recruter autrement et ainsi proposer des innovations aux employeurs.

Ainsi l’organisation d’un forum de recrutement « à l’envers », qui verrait non pas les employeurs attendre les candidats mais bien l’inverse.

Publié dans Actualités

La Mission locale d'Yssingeaux organisait la venue du spectacle "Saleté" mis en scène par la compagnie du Souffleur de verre au théâtre d'Yssingeaux.

Vendredi après-midi, une représentation était proposée aux lycéens d'Yssingeaux et aux jeunes de la Mission locale. Ce spectacle participait à la lutte contre le racisme et la radicalisation. Une seconde représentation était donnée le soir, rassemblant une centaine de personnes.

Cette pièce sur un texte de Robert Schneider donne la parole à un étranger sur lequel on porte parfois un regard apitoyé ou condescendant ou haineux lorsqu'on daigne poser nos yeux sur lui.

"Saleté", c'est une nuit avec Sad, interprété par Kheireddine Lardjam. Sad est arabe, mais il pourrait être Egyptien, Turc, Roumain, Pakistanais… ou clochard. Il était étudiant en philosophie, il a fui l'Irak de Saddam Hussein, mais n'est pas pour autant réfugié politique.

Publié dans Yssingeaux - Les Sucs

Les préjugés ont la vie dure et vivre son homosexualité simplement aujourd'hui, en milieu rural comme citadin, dans une famille populaire ou bourgeoise, ne va pas toujours de soi.

Aussi la Mission locale du Pays de la jeune Loire et ses rivières avait convié jeudi après-midi à Yssingeaux Brahim Naït-Balk pour une rencontre avec des bénéficiaires de la Garantie Jeunes, un dispositif d'accompagnement spécifique.

L'objectif était de débattre de l'homosexualité à partir du témoignage de Brahim Naït-Balk, né à Saint-Etienne, fils de mineur, aîné d'une famille marocaine.

Il a écrit un livre "Un homo dans la cité" (Calmann-Lévy) en 2009 où il révèle le calvaire que lui a valu son homosexualité dans la cité d’Aulnay où il a passé son adolescence. Difficile de dévoiler son orientation sexuelle quand on ne se situe pas dans la "norme", dans un contexte où la religion musulmane condamne l'homosexualité. "Etre homosexuel, c'est la "hshouma", la honte."

Aujourd'hui âgé de 54 ans, directeur départemental handisports des Hauts de Seine, Brahim Naït-Balk anime l'émission de radio "Homo micro" sur Fréquence Paris plurielle et entraîne l'équipe du Paris Foot Gay.

Publié dans Actualités

La "Garantie Jeunes" est proposée aux jeunes de 16 à 25 ans, sans emploi, non engagés dans une formation, sortis de la scolarité avec une allocation mensuelle. Un dispositif qui a servi de tremplin à des jeunes. Ils témoignent.

Estelle Allemand ne cesse de le répéter. "La Garantie Jeunes a été une chance pour moi." A 25 ans, cette habitante de Raucoules a décroché en début d'année un CDI à la Croix-Rouge Française après un an de contrat aidé dans cette structure à Monistrol-sur-Loire. Après avoir obtenu un BTS Management des unités commerciales au Puy-en-Velay, un bac + 2, elle voulait poursuivre en alternance avec un licence dans les ressources humaines. Mais après plusieurs semaines de recherche, aucune entreprise ne souhaite l'engager. "C'est le cercle vicieux. On reproche un manque d'expérience, mais on ne vous  laisse pas l'occasion de faire vos preuves, c'est décourageant."

"On m'a mis en confiance"

Elle se tourne alors vers la Mission locale de la jeune Loire et ses rivières et intègre la Garantie Jeunes. Ce qui lui assure une allocation mensuelle de 472,37 euros et l'engage dans un processus de recherche active d'emploi ou de formation. "La Mission locale m'a paru plus accessible que Pôle emploi avec une attention toute particulière. On m'a clairement mis en confiance alors que je sortais d'une période difficile. Ce n'est pas de l'assistanat car on est dans une recherche poussée."

Il a créé son salon de tatouage

Simon Michel, 23 ans, est aussi ressorti de la Garantie Jeunes avec un bilan positif. Originaire de Grazac, il a ouvert son salon de tatouage au Cheylard en février. "Ce dispositif m'a permis d'avancer plus vite dans mon projet. Il fallait trouver au moins 8 stages sur l'année. J'ai découvert plein de métiers très différents comme électricien, menuisier. Et j'ai aussi fait un stage auprès d'une tatoueuse, ce qui m'a conforté dans mon projet. La Garantie Jeunes m'a apporté une aide financière et un cadre pour avancer. Ce fut un bon coup de pouce."

La Garantie Jeunes dans le détail

La garantie jeunes s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans qui sont ni en emploi, ni en formation, ni en scolarité et qui ont un revenu inférieur à 472,37 €.

C’est un accompagnement sur 12 mois en 2 temps : un temps collectif de 4 à 5 semaines encadré par des conseillers en insertion professionnelle. Divers ateliers sont proposés : logement, santé, CV, lettre de motivation, simulation entretien, pôle emploi, budget, sport, visite entreprise, intervention de chef d’entreprise ; un temps individuel de 11 mois où le jeune est soit en emploi, soit en stage, soit en formation.

"C’est donc un dispositif donnant-donnant. Le jeune touche une allocation de l’État de 472,37 € par mois s’il est dans l’action. Cette allocation est cumulable avec des revenus professionnels jusqu’à 300 € et ensuite elle est dégressive", signale Virginie Granger, conseillère en insertion sociale et professionnelle.

Contact : 04 71 65 73 73

Publié dans Actualités

Sur les 1705 jeunes qui ont été accueillis en 2016 à la Mission locale de la jeune Loire et ses rivières, plus d'un sur deux est parvenu à une solution vers l'emploi ou une formation.

Basée à Yssingeaux, présidée par Yves Braye et dirigée par Abdelkader Railane depuis 2004, la Mission locale de la jeune Loire et ses rivières est un appui évident pour les jeunes en perte de repères.

Sur les 1 705 jeunes suivis en 2016, 586 venaient pour la première fois. Le nombre d'entretiens individuels a explosé avec 8883 rencontres contre 7 616 en 2015 et 4924 en 2014.

679 jeunes âgés de 16 à 25 ans sont parvenus à trouver une solution vers l'emploi, 234 se sont dirigés vers une formation. Le problème numéro un reste la mobilité avec un jeune sur deux qui n'a pas le permis.

"L'activité poursuit sa progression, convient le directeur Abdelkader Railane à la tête d'une équipe de 21 personnes contre 7 en 2004 à son arrivée. "Nous sommes sur un bassin dynamique. Les entreprises et les collectivités jouent bien le jeu."

Installée au Pôle Crisselle, la Mission locale se retrouve à l'étroit. "La mairie est à l'écoute et tente de trouver une solution pour nous trouver des espaces supplémentaires dans le bâtiment."

L'assemblée générale jeudi soir à l'Ecole nationale de pâtisserie a été l'occasion de saluer le travail réalisé depuis 21 ans par Nicole Perbet, assistante de gestion, qui fait valoir ses droits à la retraite à compter du 30 juin.

Publié dans Actualités

La Mission locale de la jeune Loire et ses rivières met en place un nouveau dispositif intitulé « L’Excellence des Métiers » à destination des jeunes de moins de 25 ans.

Ce programme, co-financé par le Fond social européen, vise à mettre en avant des secteurs porteurs du bassin. A savoir l’agriculture, l’agroalimentaire et le transport. A cet effet, une rencontre était organisée vendredi avec des entreprises des secteurs concernés. Onze sociétés ont répondu à l'appel : Eurosérum (Bas-en-Basset), service de remplacement 43, Manpower Monistrol, fromagerie Beauzac, Légumes et fruits Valentin (Yssingeaux), Laiterie Gérentes (Araules), Transports Colombet (Sainte-Sigolène), 3V Voyages (Yssingeaux), Pépinières Véronique Issartel (Saint-Pal-de-Chalencon), Ambulances des sucs (Yssingeaux) et Travaux ruraux du Velay (Saint-Didier-en-Velay).

"L'idée est de valoriser l'image de ces métiers et orienter les jeunes vers ces secteurs, porteurs d'emploi", indique Delphine Villesèche, conseillère à la Mission locale, et chargée de la mise en place de ce dispositif avec Valérie Cartignies.

Cinquante jeunes peuvent intégrer le dispositif

Les entreprises jouent un rôle de partenaires et pourront, si besoin, accueillir un jeune en stage, ouvrir les portes de leur activité via une visite de la société et aussi solliciter la Mission locale en cas de besoin de personnel.

Cinquante jeunes pourront potentiellement intégrer le dispositif lancé pour un an.

Publié dans Yssingeaux - Les Sucs