mardi, 11 juin 2024 15:31

Laurent Wauquiez, les raisons d'une candidature aux Législatives en Haute-Loire (vidéo)

||||||| ||||||| |||||||

Laurent Wauquiez a confirmé publiquement mardi après-midi sa candidature aux élections législatives des 30 juin et 7 juillet. Isabelle Valentin, députée sortante, se retire totalement. Caroline Di Vincenzo sera la suppléante du candidat.

Il a annoncé sa candidature à l'hôpital d'Yssingeaux. Un double symbole, lié à l'arrivée de l'IRM tout récemment et un établissement public qui porte le nom de Jacques Barrot, son premier mentor en politique.

Isabelle Valentin passe le flambeau à Caroline Di Vincenzo

Il est arrivé entouré d'Isabelle Valentin et Caroline Di Vincenzo. La première est la députée sortante et ne se représente pas. Elle assure qu'il s'agit de son choix. Au sujet de la dissolution prononcée par Emmanuel Macron, elle pense que "ce n'est pas la meilleure idée". "Je ne me représente pas, c'est un choix personnel. Il est temps pour moi de passer le flambeau." Le témoin, elle le passe à Caroline Di Vincenzo, la maire de La Chapelle-d'Aurec et conseillère régionale, lancée en politique par Laurent Wauquiez et sera sa suppléante pour cette campagne.

"C'est une tempête politique"

Laurent Wauquiez, député de 2004 à 2007 puis de 2012 à 2017, et suppléant depuis 2017 d'Isabelle Valentin, brigue un troisième mandat à l'Assemblée nationale. "On m'a déconseillé de faire ce choix. Mais j'estime que ma place est ici."

Après les élections européennes et l'annonce de la dissolution, l'univers politique est chamboulé. Laurent Wauquiez parle de "chaos", de "tempête". "On ne peut pas rester spectateurs", indique-t-il, promettant de "continuer à m'occuper de notre Région, je resterai élu".

Son avis sur les accords avec le RN

Quelques minutes avant que le candidat de Haute-Loire se présente face à la presse, Eric Ciotti s'est exprimé sur le plateau du journal de TF1 de 13 heures, pour aborder des alliances possibles avec le Rassemblement national. Pour Laurent Wauquiez, "ces alliances, je n'y crois pas. Je ne crois pas aux accords d'appareils. Je crois à une politique faite de clarté. Il faut de la dignité en politique, on ne trahit pas nos convictions. Il faudra la parole d'une droite républicaine indépendante à l'Assemblée nationale."

Dernière modification le mardi, 11 juin 2024 16:05

Partager sur :