mardi, 29 juin 2021 12:17

Les techniciens du laboratoire de l'hôpital Emile-Roux manifestent

|||||| |||||| ||||||

Mardi matin à 10 h 30 près de la quasi-totalité des personnels du laboratoire du Centre Hospitalier Emile-Roux se sont mobilisés dans le cadre d'un appel à la grève national de la CGT.

Le manque de considération de ces personnels et leur exclusion des revalorisations du Segur au 1er octobre 2021 sont à l'origine de la colère.

Ils se sont donc rassemblés devant le laboratoire de l'hôpital du Puy-en-Velay pour exiger la reconnaissance de leurs métiers et la revalorisation de leurs salaires et de leurs carrières.

Ils revendiquent :

- La réingéniérie à bac+3 de leur diplôme avec passage en catégorie A de la Fonction Publique Hospitalière et maintien de l'ancienneté acquise

- La reconnaissance des responsabilités assurées et des compétences acquises tout au long de la carrière par des revalorisations de salaires

- L'augmentation du point d'indice dans la fonction publique

- La reconnaissance de la pénibilité et une réelle prise en compte de l'activité 24h/24 et 365 jours par an

- La reconnaissance de l'exposition aux risques multiples par un droit à la retraite anticipée à taux plein

- La stagiairisation immédiate de tous les contractuels (CDD et CDI)

- La prise en compte des nouvelles techniques comme la PCR et de leurs contraintes

- Le renforcement des effectifs proportionnels à l'augmentation d'activité permettant de garantir le respect de l'équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle.

La CFDT, point de vue différent

La CFDT réagit à la manifestation et aux arguments de la CGT. "Les techniciens de laboratoires verront leur situation évoluer favorablement à partir du 1er janvier 2022 en catégorie A comme ils le demandaient avec un passage sur les grilles ISG (infirmiers en soins généraux). Les diététiciens et les préparateurs en pharmacie seront revalorisés également. Grâce à l'accord Ségur et à la signature de la CFDT, ses revendications pourront avoir lieu. Il nous semble important de dire, voir de redire, à ces professionnels que sans la signature du Ségur, nous n'aurions pas pu avoir ces revalorisations."

"Il n'est pas juste de dire que les techniciens de laboratoires ont été oubliés du Ségur, ils ont eu le CTi complément traitement indiciaire de 183 euros net par mois comme l'ensemble du personnel, ainsi que leur ratio, pour le passage en classe supérieure qui a doublé ,et est passé de 14 % à 28 %."

Dernière modification le mercredi, 30 juin 2021 12:56

Partager sur :