logo slogan new

logo slogan new

mercredi, 14 avril 2021 17:47

Yssingeaux : le standard téléphonique submergé d'appels à la cellule Covid

|Cédric Ponton|| |Cédric Ponton|| |||

En paraphrasant la chanson de Nino Ferrer, des patients affirment que "y'a l'téléfon qui son Et y a jamais person qui y répond" à la cellule Covid d'Yssingeaux.

Actuellement, la seule possibilité pour les candidats au vaccin est d'en passer par un numéro de téléphone : le 04 71 65 77 08.

30 appels en 3 jours... et pas de réponse

Quatre personnes réceptionnent les appels du lundi au samedi et planifient les rendez-vous. Ce standard téléphonique semble submergé d'appels.

En attestent les remontées d'habitants qui nous font état de tentatives d'appels répétées. Et ça ne décroche pas. "Pas de réponse malgré des dizaines et des dizaines d'appels. Plusieurs personnes dans notre entourage sont dans le même cas. En comparaison, j'ai essayé pour ma maman d'appeler la plateforme de la Loire. J'ai eu tout de suite une réponse. A ce jour, j'en suis à 30 appels sur trois jours et je n'ai pas de réponse", regrette Nicolas, de Retournac.

Une cellule Covid pour Yssingeaux et Monistrol

Même son de cloche de la part de Daniel à Pont-Salomon. Souffrant de diabète, son médecin l'a enjoint à se faire vacciner. Il évoque 100 coups de fils en quelques jours. Et aucune réponse.

La cellule Covid située à l'hôpital d'Yssingeaux gère les prises de rendez-vous à Yssingeaux et Monistrol. Le Puy s'occupe du Puy et Craponne. Brioude a en charge Brioude et Langeac.

Une demande supérieure à l'offre

Cédric Ponton est directeur de la stratégie et des systèmes d'information au Centre hospitalier Emile-Roux au Puy-en-Velay, et directeur par intérim à l'hôpital Jacques-Barrot à Yssingeaux. Il évoque plusieurs raisons pour justifier la saturation des lignes téléhoniques : "L'annonce de l'ouverture aux 55 ans sur la ville fait que les patients s'interrogent et appellent pour poser des questions. L'ouverture aux 60 ans samedi crée également un afflux d'appels. Nous utilisons Doctolib avec parcimonie car les plannings se remplissent très vite, on garde des créneaux par téléphone pour les publics prioritaires. On a déjà eu des effets de tension depuis le début de la vaccination et je pense que ça va s'améliorer d'ici la semaine prochaine. Et s'il le faut, on augmentera les moyens pour répondre au téléphone. Mais la prise de rendez-vous est aussi conditionnée aux livraisons de vaccins. Nous venons d'ouvrir des créneaux pour la première quinzaine de mai. La demande est supérieure à l'offre."

Les patients doivent donc se montrer... patients et persévérants.

Partager sur :