graphiste imprimeur

graphiste | imprimerie en ligne | site web

Logo la Commère 43

graphiste imprimeur

graphiste | imprimerie en ligne | site web

mercredi, 20 novembre 2019 19:52

En Haute-Loire, 4 médecins généralistes sur 10 refusent tout nouveau patient

|| || ||

Une enquête réalisée en Haute-Loire par l'association de consommateurs UFC-Que Choisir révèle que 41 % des médecins généralistes refusent tout nouveau patient.

Du 8 au 22 juin dernier, les bénévoles de l'association ont mené une enquête téléphonique auprès de 29 médecins généralistes (la Haute-Loire en compte 200 selon les derniers chiffres officiels).

Cette enquête inédite sur le sol de la Haute-Loire permet d'évaluer la situation, qui ressemble finalement à la moyenne nationale (44 %).

92 % ont "trop de patients"

L'appelant demandait si le médecin généraliste accepterait d'être son médecin traitant. Dans 41 % des cas, le professionnel de santé a répondu par la négative, et 21 % supplémentaires ont déclaré qu'ils souhaiteraient d'abord voir le patient avant de se décider.

Quant aux motifs évoqués, 92 % déclarent avoir trop de patients et 8 % arguent d'un départ prochain à la retraite.

Des disparités dans le département

L'enquête de l'UFC-Que Choisir ne détaille pas les communes ciblées. Mais l'association de consommateurs estime que "la disponibilité varie selon les communes. Parmi les trois communes dans lesquelles nous avons enquêté le plus de médecins, le taux de refus des nouveaux patients atteint 67 %".

Le médecin traitant, premier maillon du parcours de santé

L'UFC-Que Choisir jette ainsi un nouvel éclairage sur la problématique de la fracture sanitaire et témoigne de la difficulté pour de nombreux Altiligériens à trouver un médecin traitant. "Cette situation est d'autant plus préoccupante que notre système de santé est organisé depuis quinze ans autour de la figure du médecin traitant, appelé à gérer l'orientation des usagers dans le parcours de soin. En conséquence, ne pas avoir de médecin traitant expose l'usager à une forte pénalisation de ses remboursements de soins. Cette carence est le symptôme d'un problème de mauvaise répartition des médecins sur le territoire du fait d'une liberté totale d'installation."

Dernière modification le mercredi, 20 novembre 2019 20:34
Connectez-vous pour commenter