lundi, 28 octobre 2019 19:59

Les Départements de la Loire et la Haute-Loire se rapprochent encore

|| || ||
Timotée élagueur2

Les présidents des Départements de la Loire et la Haute-Loire ont signé une convention de partenariats. Quels secteurs sont concernés ? Eléments de réponse.

Le 9 juillet 2018, une rencontre des Exécutifs de la Loire et de la Haute-Loire, à Saint-Galmier, marquait l’acte de naissance d’une démarche conjointe, le début d’une aventure. Un an après, le 1er juillet 2019, une réunion plénière des deux assemblées départementales, au Puy-en-Velay, marquait une étape majeure. Cette rencontre permettait aux projets conjoints de faire des avancées notables.

Le 14 octobre 2019, les assemblées respectives validaient les termes de la convention d’entente entre les deux départements.

Et le 24 octobre 2019, Georges Ziegler et Jean-Pierre Marcon signaient une convention, validant le partenariat.

Un même bassin de vie

"Pour rendre un service toujours aussi efficace à nos concitoyens, il nous faut innover, réinventer des leviers d’action, développer des outils conjoints. Il nous faut réduire certains coûts, gagner en efficacité tout en maintenant la qualité du service que nous rendons à nos administrés. Toute mutualisation ou coopération entre départements, dont certains doivent composer avec des métropoles, doit être recherchée", estime Jean-Pierre Marcon.

Loire et Haute-Loire ont déjà une histoire commune, un même bassin de vie, des continuités naturelles, et des défis communs.

Coopération ne signifie pas fusion et les deux collectivités veulent veiller "à préserver et cultiver l’identité et l’unité de nos territoires respectifs".

Des problématiques communes

Cette convention intègre plusieurs dimensions selon 4 axes et 5 principes. L’eau est une problématique partagée depuis de nombreuses années : c’est le barrage de Lavalette, à Lapte, en Haute-Loire, qui alimente Saint-Étienne en eau et hydroélectricité. C’est le renforcement du transfert de l’usine de production de l’Herbret au réservoir de Furet (communes de Saint-Just-Malmont et de Jonzieux). C’est le barrage des Plats sur la Semène, à Saint-Genest-Malifaux, dans la Loire, qui alimente Firminy et la Haute-Loire.

Une première illustration des collaborations futures entre les deux collectivités s’est faite par la culture, grâce au concert des 140 enfants des Maîtrises de la Cathédrale du Puy et de la Loire, qui s’est tenu le dimanche 25 novembre 2018 au Puy-en-Velay.

Un autre rendez-vous culturel a suivi, le 22 août dernier dans la collégiale de Saint-Bonnet-le-Château, dans la Loire, avec un concert en préouverture du 53e Festival de La Chaise-Dieu.

Plus sportif, le 1er SwimRun des Gorges de la Loire, qui s’est déroulé le dimanche 23 juin sur le secteur d’Aurec-sur-Loire et Saint-Victor-sur-Loire, a remporté un vif succès.

Les maisons du tourisme de la Loire et de la Haute-Loire travaillent déjà ensemble pour le développement touristique : valorisation du patrimoine le long du fleuve Loire, telles les petites cités de caractère, le Chemin vers Saint-Jacques de Compostelle ou encore le GR 63.

Autre exemple, les discussions entre les SDIS de la Haute-Loire et de la Loire. Le colonel Alain Mailhé, aujourd’hui dans la Loire, et son successeur, le colonel Christophe Glasian, partagent la même volonté d’avancer : c’est ainsi l’ambulance de Firminy, la formation conjointe des infirmiers et toute la formation générale.

Il y a aussi les routes, pour lesquelles des procédures communes d’interventions sont mises en place pour l’entretien et la viabilité hivernale sur les portions de routes frontalières. La RD500 est aussi une problématique commune.

Les OPAC de la Loire et de la Haute-Loire avancent ensemble sur un certain nombre de points. Le cabinet Sémaphores a réalisé une étude qui permet de déterminer un programme d’actions.

Partager sur :