jeudi, 11 juillet 2019 13:48

Isabelle Valentin propose une loi pour passer son BAFA dès 16 ans

|| || ||

Sollicitée par des professionnels, la députée Isabelle Valentin a présenté une loi visant à diminuer l'âge de l'obtention du BAFA (Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur).

On peut commencer la conduite accompagnée à 15 ans, s'engager dans un service civique à 16 ans mais on ne peut pas commencer son BAFA avant le premier jour de ses 17 ans.

Isabelle Valentin doit convaincre le gouvernement

Laurent Goyo, directeur du centre de loisirs du Beauvoir à Monistrol-sur-Loire a alerté la députée Isabelle Valentin pour faire évoluer la législation. La parlementaire s'est saisie du dossier et a présenté en octobre 2018 un texte, cosigné par 42 autres députés de l'opposition. "Il nous reste à convaincre le gouvernement du bien-fondé de cette idée", indique la députée Les Républicains.

Pour les jeunes et les centres de loisirs, cette évolution serait une petite révolution. "Ce serait mieux de le passer quand on est en seconde qu'en terminale. Entre le bac et le permis, cela fait beaucoup", estime Mariette qui aurait apprécié de pouvoir le passer plus tôt.

50 % minimum de BAFA dans un centre de loisirs

Laurent Goyo, directeur au Beauvoir, a constaté cette année une chute des candidatures. De moins en moins de jeunes veulent devenir animateurs. "Il faut 50 % de BAFA et 20 % maximum de non diplômés dans l'effectif global. On accueille déjà des jeunes de moins de 16 ans en passant par des conventions de stages avec leur lycée, de 1 à 3 semaines. Ce n'est pas rémunéré. S'ils avaient le BAFA, on pourrait les payer."

"On dit souvent que les jeunes ne veulent rien faire mais ce n'est pas vrai. Ceux qui veulent s'investir, il faut les accompagner", argumente Jean-Paul Lyonnet, le maire de Monistrol.

800 euros le BAFA

Autre frein au BAFA : le coût. L'examen coûte environ 800 euros (soit le salaire d'un mois en tant qu'animateur BAFA) avec éventuellement des aides de la CAF (90 euros après obtention) et du Département. "On est le seul métier où il faut payer pour pouvoir travailler", fait remarquer Laurent Goyo.

Dernière modification le jeudi, 11 juillet 2019 14:10
Connectez-vous pour commenter