jeudi, 11 juillet 2019 09:32

Travaux publics et bâtiment : "On veut juste quelqu'un qui se lève et qui vienne tous les jours"

|| || ||

Les entreprises du BTP restent confrontées à une pénurie de main d'oeuvre. Malgré les opérations de communication et de valorisation, les leviers semblent limités.

Le problème de main d'oeuvre persiste dans le bâtiment et les travaux publics. Alors que les chantiers battent leur plein, les sociétés ne sont pas en mesure de répondre à toutes les commandes par manque de personnel.

"Ce secteur est dans le top 10 des métiers en tension", indique Patrick Vassal, directeur du Pôle emploi au Puy-en-Velay. Accompagné d'Annick Heritier, chargée de mission relations entreprises et des conseillers spécialisés entreprises, il a échangé mercredi à Monistrol avec les organisations professionnelles de la Loire et Haute-Loire, la CAPEB et la Fédération régionale des travaux publics.

"On a de l'avenir à leur donner"

Job truck, immersions en entreprise, forums : tous les moyens sont bons pour attirer. Mais face à certains enseignants ou parents qui présentent ces métiers comme une voie de garage, pas facile de donner envie. "On a pourtant de l'avenir à leur donner", se désole Yannick Gagne de la CAPEB43.

"En 2007, on avait 10 000 chômeurs. Là, on en a 16 000. Et pourtant, on n'avait pas à l'époque ce souci de creux de main d'oeuvre", ressent Bernard Deliance de la FRTP. "Ceux qui nous intéressent, ce sont ceux qui n'ont pas de formation. Il faut nous les envoyer", ajoute-t-il à l'attention des représentants de Pôle emploi.

957 chômeurs dans les métiers du bâtiment

"On dispose de 957 chômeurs en Haute-Loire inscrits dans les métiers du bâtiment. 179 d'entre eux ne sont pas qualifiés", chiffre Annick Heritier.

"On veut quelqu'un qui se lève le matin et qui vienne tous les jours", résume Yannick Gagne de la CAPEB. La CAPEB 43 fait remonter 35 emplois à pourvoir, la CAPEB 42 entre 50 et 60, la FRTP 35 postes. Ils se partagent équitablement entre emplois qualifiés et non qualifiés, ou des apprentis.

Entre problèmes de mobilité et concurrence de l'intérim, les postes peinent à attirer sur la durée.

Dernière modification le jeudi, 11 juillet 2019 10:04
Connectez-vous pour commenter