samedi, 21 juillet 2018 09:32

La dentelle de Haute-Loire pour sauver la barrière de corail

|||||||| |||||||| ||||||||
Bati Group 43 article

L'art au service de la science. Un partenariat inédit entre un artiste et la SCOP Fontanille du Puy-en-Velay autour de la dentelle de Haute-Loire pourrait aboutir au sauvetage de la grande barrière de corail.

On est loin de l'artiste bohème, déconnecté de la société. Jérémy Gobé, artiste parisien, a noué un partenariat avec la SCOP Fontanille autour d'un projet artistique et scientifique, dénommé Corail/Artefact.

Invité à réaliser une œuvre pour le festival international de textile de Clermont-Ferrand, l’artiste Jérémy Gobé, découvre Fontanille.

L'incroyable similitude entre un point de dentelle et une cellule de corail

En visitant cette industrie le regard de l’artiste se pose sur un point traditionnel appelé Point d’esprit. En effet, Jérémy Gobé dont la pratique se développe autour des coraux qu’il prolonge, dessine et sculpte pour leur redonner vie, voit immédiatement le lien entre les coraux et cette dentelle, travaillée depuis plus de 400 ans. Le point d’esprit est un motif identique à la vue microscopique d’une cellule de corail.

La grande barrière de corail est le plus grand récif corallien du monde, comptant plus de 2 900 récifs et 900 îles s’étirant de Bundaberg à la pointe de la péninsule du cap York soit plus de 2 600 kilomètres sur une superficie de 344 400 km². Le récif se situe en mer de Corail au large du Queensland, en Australie.

La dentelle utilisée comme un tuteur à un arbre

Et si cette dentelle pouvait être utilisée pour sauver les coraux ?

Jérémy Gobé partage donc sa découverte avec la chercheuse en biologie marine Isabelle Domart-Coulon et ils mettent au point un protocole.

Il s’agit de prouver que la dentelle est l’interface idéal pour que de nouvelles boutures de corail se développent et s’implantent sur les récifs décimés.

Outre une similitude visuelle, la dentelle présente de nombreux avantages : transparences, rugosité, biodégradabilité,...

Jérémy Gobé initie ainsi l’idée d’utiliser la dentelle du Puy comme substrat pour la recolonisation de la barrière de corail.

La prochaine étape sera de réaliser des tests in situ. C'est programmé pour 2019.

En attendant, vous pouvez découvrir ce travail artistique, scientifique et industriel au Musée des manufactures de dentelles de Retournac où une exposition est en place.

Elle se combine avec une fort attrayante exposition du FITE sur les dentelles de Roumanie d'hier et d'aujourd'hui (lire l'article).

Dernière modification le samedi, 21 juillet 2018 14:12

Articles associés