Gobelets ecocup

jeudi, 15 février 2018 14:18

Réforme du bac : que cela va-t-il changer pour les lycéens ?

|| || ||

Le gouvernement a présenté une réforme du bac qui commencera à être applicable pour les élèves de seconde à partir de septembre 2018. Voilà ce que vous devez savoir sur les principaux changements.

Passe ton bac d'abord. La phrase sera toujours scandée par les parents mais la façon de le passer va changer pour les 2 000 élèves altiligériens qui passent leur examen final chaque année.

Pour le gouvernement, l’examen ne prépare pas assez efficacement aux études supérieures auxquelles il donne pourtant accès. L’organisation actuelle de l’examen repose sur des épreuves finales beaucoup plus nombreuses que chez nos voisins européens. La concentration d’un grand nombre d’épreuves dans un temps très court n’est pas satisfaisante : elle ne récompense pas les efforts réalisés par les candidats dans la durée et pose des difficultés organisationnelles.

60 % d'échecs après le bac

Si le baccalauréat est une clé d’entrée dans l’enseignement supérieur, il est loin d’être un tremplin vers la réussite. Le taux de réussite au baccalauréat général et technologique (environ 90 %) ne doit pas masquer une autre réalité : 61 % des étudiants ne parviennent pas au terme des études dans lesquelles ils se sont initialement engagés. Seuls 27 % des étudiants obtiennent leur licence en trois ans. Le baccalauréat ne prépare donc plus suffisamment les élèves aux « attentes » du supérieur, et au-delà à réussir leur entrée dans la vie professionnelle.

Avec l’augmentation très forte des mentions (près de 50 % dans les séries générales) ou encore l’apparition de lauréats obtenant une moyenne générale supérieure à 20/20, sa valeur « certifiante » peut légitimement être interrogée. De plus, l’organisation de l’examen dans une période très limitée favorise le « bachotage » et ne permet pas de valoriser les efforts dans la durée.

La réforme dès 2018 et 2019 pour un premier bac nouveau en 2021

La réforme commencera à entrer progressivement en application à partir de septembre 2018 mais surtout à partir de septembre 2019.

A partir de 2021, le baccalauréat reposera pour une part sur un contrôle continu (40 % de la note finale avec prise en compte des bulletins scolaires pour une part de 10 %) et pour une autre part sur des épreuves terminales (60 %). L’épreuve anticipée écrite et orale de français se déroulera comme aujourd’hui en fin de première. En terminale, deux épreuves écrites portant sur les disciplines de spécialité auront lieu au printemps et deux épreuves se dérouleront en juin : l’écrit de philosophie et un oral.

Ce qu'en pense un directeur de lycée de Haute-Loire

Pour Jean-François Fournier, directeur de l'Ensemble scolaire Notre-Dame-du-Château à Monistrol-sur-Loire, cette réforme va dans le bon sens. "Je vois trois réformes : celle du bac, celle du lycée et celle de l'orientation vers le supérieur. La réforme du bac est indispensable. C'était devenu une usine à gaz. Pour l'enseignement au lycée, on aura un tronc commun plus important. On sent qu'il y a une logique d'économies de moyens. Quant à l'orientation vers le supérieur, les programmes du bac avaient été rabotés pour avoir toujours plus de bacheliers. Dans le même temps, le supérieur avait gardé son niveau d'exigeance, ce qui conduit à avoir une marche d'escalier trop grande."

Régis Marcon travaille à "valoriser la voie professionnelle"

La voie professionnelle souffre aujourd’hui d’un manque de lisibilité des diplômes, d’une articulation insuffisante entre les formations proposées et les attentes du monde économique et d’un lien trop limité avec l’apprentissage.

Le ministre a donc confié à Céline Calvez, députée des Hauts-de-Seine, et Régis Marcon, grand chef cuisinier de Saint-Bonnet-le-Froid, une mission de réflexion sur la voie professionnelle scolaire.

L’objectif est à la fois de rendre la filière professionnelle plus attractive en lui permettant d’offrir des formations tournées vers les métiers du XXIe siècle, de la rendre plus efficace grâce à des formations et des diplômes qui permettent une insertion professionnelle réussie.

La remise du rapport sur la voie professionnelle est prévue fin février.

Dernière modification le lundi, 19 février 2018 19:11

Partager sur :