Gobelets ecocup

lundi, 18 décembre 2017 23:44

Journée internationale des migrants : 150 personnes rassemblées au Puy

Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Christine Chevalier  pour RESF43.  Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Christine Chevalier  pour RESF43. Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Malek, réfugié syrien, a témoigné. Photo Lucien Soyere||Photo Lucien Soyere|| Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Christine Chevalier pour RESF43. Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Christine Chevalier pour RESF43. Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Malek, réfugié syrien, a témoigné. Photo Lucien Soyere||Photo Lucien Soyere|| |||||||||||||||

Lundi en fin de journée, environ 150 personnes avaient répondu à l'appel du collectif de soutien aux demandeurs d'asile, sans papiers, mineurs non accompagnés, place Clauzel au Puy-en-Velay.

Ce rassemblement s'inscrivait dans le cadre de la Journée internationale des migrants. Avec 470 autres associations, RESF 43 a signé un appel national pour une autre politique migratoire, digne et humaine.

Symboliquement, des bougies étaient disposées sur les marches de la place Clauzel pour tenter d’éclairer le préfet et les responsables politiques sur la situation des migrants, et plus particulièrement sur celle des familles déboutées du droit d'asile et des jeunes migrants non accompagnés.

Le message était clair : "Nous voulons affirmer une nouvelle fois notre soutien aux migrants présents sur notre territoire, nous sommes à leurs côtés et demandons qu’ils soient accueillis dignement, que les jeunes mineurs isolés soient hébergés, protégés par les services compétents, sans être systématiquement suspectés d’être majeurs et mis à la rue."

"Nous voulons une nouvelle politique migratoire respectueuse des droits de l’homme, le retour à un vrai droit d’asile. Nous voulons l’arrêt de cette politique porteuse de mort et de souffrance, et qui traite en délinquants les personnes solidaires des migrants."

Chacun avait apporté quelque chose à boire ou à manger, pour faire de ce moment un vrai temps de partage.

Malek, un réfugié syrien, blogueur, journaliste, a témoigné. Ses propos étaient traduits par Driss.

Dernière modification le mardi, 19 décembre 2017 11:52

Partager sur :