samedi, 18 novembre 2017 18:33

Rosières : entre 1 500 et 2 000 manifestants pour défendre la Galoche sans goudron

Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|||||||||||||||||||||||| Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|Photo Lucien Soyere|||||||||||||||||||||||| ||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||

Le rassemblement de samedi a mobilisé les foules sur les chemins de la Galoche, au départ de Rosières.

Cette mobilisation populaire voulait être un argument béton pour empêcher le goudronnage de la Galoche, une piste voulue par la Communauté d'agglomération sur la voie verte de l'Emblavez, sur les communes de Rosières, Beaulieu et Lavoûte-sur-Loire. Cela représente 13 km.

Les opposants à ce projet, à commencer par l'association Agir pour l'environnement vellave (APEV), ont lancé un appel au rassemblement ce samedi à la gare de Rosières. Il a été visiblement entendu puisqu'ils étaient entre 1500 à 2000 personnes au rendez-vous.

Marcheurs, cavaliers, cyclistes, des maîtres et leurs toutous : ils ont marché ensemble sur la Galoche pour marquer leur opposition à ce goudronnage au pied des Ravins de Corboeuf et sur des chemins encore sauvages qui ont remplacé l'ancienne ligne de chemin de fer.

"Votre mobilisation montre votre attachement au chemin de la Galoche que nous voulons garder tel quel. [...] Nos élus sont sans doute persuadés d'oeuvrer pour le bien de leur population. Ils se trompent et vous êtes là pour le leur faire savoir", a scandé le président de l'APEV, devant les manifestants rassemblés dans un pré au début du chemin. Pierre Vérot lance un appel aux élus locaux et de la Communauté d'agglo pour ouvrir le dialogue.

Dernière modification le mercredi, 22 novembre 2017 08:45
Connectez-vous pour commenter