Eureka Companion
mercredi, 08 novembre 2017 20:20

On cherche à lui faire enlever les cloches de ses vaches

|| || ||
Intermarché demi porc

Nicolas Toire élève une quarantaine de vaches salers et ferrandaises qui ont chacune une cloche autour du cou. Ce qui déplaît à un voisin qui reproche "une nuisance sonore importante" et le somme de les enlever.

Chaque cloche a une histoire. Un héritage. Un cadeau d'anniversaire ou de naissance. Pour Nicolas Toire, éleveur à Malrevers depuis 2011, il est hors de question d'enlever les cloches de ses vaches. Comme cela lui paraîtrait incongru de couper leurs cornes. Cela fait leur charme. Pour ce Cantalien d'origine, venu s'installer en Haute-Loire, ses vaches n'ont jamais posé de problème.

Les cloches font-elles trop de bruit ?

Alors, quand il a reçu un document remis par un huissier de justice, il est tombé des nues. Dans cette lettre, transmise par un couple de voisins, on lui reproche le bruit incessant des cloches. "Le tintement de ces cloches occasionne une nuisance sonore importante, d’autant que votre troupeau reste au pré de jour comme de nuit", indique la missive, ajoutant que "la nuisance sonore relevée dépasse les normes environnementales".

Nicolas Toire a pris attache auprès d'un avocat qui reste serein quant à l'issue de ce conflit de voisinage, estimant que la jurisprudence est du côté de l'éleveur de races en voie de disparition comme la ferrandaise.

Pétition contre pétition

"D'habitude, il faisait moins chaud. Cet été, ils ont dû dormir les fenêtres ouvertes", ironise le paysan de 32 ans qui a lancé une pétition sur internet et médiatise l'affaire. Le voisin mécontent a aussi lancé une pétition sur papier. Dans la pétition de l'éleveur, il est rappelé que "en d'autres temps et lieux, certains esprits chagrins voulaient faire taire le coq qui chante ou le clocher de l'église qui tinte etc. Notre pays a besoin de ses vaches et de ses éleveurs pour maintenir un tissu de vie, de tradition et de savoir-faire pour sauvegarder son authenticité".

De leur côté, les plaignants ont aussi lancé une pétition sur papier pour rassembler des avis communs.

Dernière modification le samedi, 11 novembre 2017 09:12

Articles associés